Editions Rivages-Coll.Rivages/Thriller
Grand format – 208 pages.
Paru le 02-02-2011 – 16.50 €

C’est un roman qui se dévore car Pascal Dessaint a la plume alerte. Tous ces personnages sont finalement banales qui basculent d’un coup dans la démence, la méchanceté ou la violence.Un paisible village d’Ariège où le temps pourrait couler tranquillement. Pascal Dessaint à travers ses personnages à qui il donne la parole tour à tour décrit la cupidité et l’appel du sexe, ou les deux à la fois. Le maire magouilleur qui va se faire piéger par Martine, l’épouse d’Antonin ancien gardien de prison.Rien ne va plus entre les époux, l’un et l’autre se défie…Martine planque les économies du ménage alors Antonin fomente sa revanche.
Il y a Coralie qui surprend le maire avec Martine et qui compte bien tirer son épingle du jeu.
Deux ex-taulards qui veulent rendre visite à Antonin en compagnie de leur hérisson. Deux taulards homosexuels mais qui ne l’avoueraient pour rien au monde.
Il y a Rémi complètement cinoque qui a deux poules Sten et Dhal encore amoureux de sa maitresse de 15 ans son aînée qu’il trimbale partout avec lui et pourtant elle est morte
Et puis il y a Maxime l’apiculteur qui a bien du soucis avec le frelon asiatique, c’est bien le seul a être normal

On sourit beaucoup car l’humour est omniprésent même si au total les cadavres ne se comptent même plus.

Un bon roman !

Ce roman faisait partie des 6 romans concourant pour le Prix de la ville de Mauves, Mauves en Noir 2012

Rivages Noir-N° 575
256 p-Paru le 07-10-05-7,65 €

L’histoire est captivante avec dès le début ce rêve récurrent que fait Geoffrey  devenu amnésique suite à un accident. Qui était-il donc avant ? Après huit ans comment se fait-il que tout à coup tout déraille pour lui ? Qui sont ces personnes qui un soir s’acharnent à lui offrir des coupes de champagne ?

Geoffrey, à 26 ans replonge dans le passé. Pourquoi Josepha s’est -elle suicidée alors qu’ils allaient emménager ensembles ? Geoffrey n’y croit pas, pas plus que Lancelot, le flic ( qui tourneau café depuis qu’il a arrêté de boire).
Parlons en de ce Lancelot qui abrite chez lui Coralie sans papiers qui s’aperçoit au final qu’il est raciste .Lancelot au physique si ingrat qui découvre enfin l’amour.
Lancelot entre bien et mal, sous-marin du gouvernement qui traque et retraque inlassablement mais qui ? et pourquoi ? En arrière plan de ce roman les attentats du 11 septembre, la lutte anti-terrorisme et l’activisme.
Geoffrey va partir en quête de son passé pour comprendre, il va le  prendre en pleine face, durement ….Pourtant, Christian Roux laisse place à l’espoir.

Christian Roux nous offre encore une lecture passionnante pleine d’humanisme, portant un regard acéré sur notre  » belle et honorable société  » si florissante. Manipulations, mensonges, fuite ponctuent ce bel et émouvant roman noir.

Editions Rivages Noir – N °464
Trad.de Laurent Lombard
368 p – Paru 07-03-03 – 10.65 €

 4 ème de couverture : Été 1960. Dans l’aube naissante, un homme est étendu sur une plage du nord de l’Italie. Il a une blessure à la gorge. Debout, une jeune femme contemple son cadavre. « Ça devait arriver », pensa-t-elle. Elle ramasse un couteau, l’arme du crime, et le jette à la mer. Puis elle prend la fuite. Elle repart chez elle, en Allemagne. Quelques heures plus tard, des carabiniers trouvent le corps du jeune sicilien. Le vent a déjà effacé les empreintes de pas sur le sable. Le sable ne garde rien en mémoire. Le sable ne se souvient pas…

L’histoire commence avec la découverte sur la plage ( près de Venise) du corps d’un jeune sicilien. Il est mort poignardé. Une jeune allemande le trouve et prend la fuite le matin de bonne heure pour rentrer dans son pays. Pourquoi fuit-elle ?
Michela est dépressive, son père ( policier de haut grade) l’a amenée en villégiature chez un de ses amis qui a un fils Roberto. Il fera appel à Alberto pour tenter de changer les idées de sa fille car Al est un ami d’enfance et toujours très proche de la famille.

Il fait chaud dans ce roman, une chaleur moite qui envahit tout et pèse. Il y a beaucoup de personnages

Scerbanenco dépeint ses personnages avec la même précision qu’ils soient de premier plan ou secondaire et il y a foison de caractères dans ce roman social qui dénonce la richesse quasi-outrancière du Nord par rapport à la Sicile d’où venait la victime et bientôt sa soeur qui le recherche.
C’est machiavélique, l’intrigue est bien menée et le dénouement inattendu …je me suis faite mener par le bout du nez.
Mon avis est plus que favorable car j’ai beaucoup accroché sur cette écriture fine et sensible.
A recommander aux lecteurs de polars sociaux et psychologiques et à tous ceux qui aiment l’Italie.

 

Qu’il est difficile de trouver les mots justes pour écrire sur Brothers. Ce roman de presque 700 pages est d‘une rare et précieuse intensité.

Yu Hua place le décors de son livre dans le bourg de Liu. Ainsi parcourons nous de la révolution culturelle à aujourd’hui, les rues du bourg de Liu et la transformation progressive de son paysage et de ses habitants

Song Gang et Li Guangtou sont demis-frères….Li Lan est la mère de Li Guangtou et Song Fanping celui de Song Gang. Le livre commence part une scène très drôle ( Rotko en a mis en extrait plus haut ).
Song Gang est discret, effacé face à Li Guangtou qui n’aime rien tant que saisir l’occasion de regarder en cachette les fesses des filles et jouer avec sa » libido « .
Tous les personnages sont décrits avec grand soin et auront leur importance tout au long de ce long roman.
Song Fanping, le père, est une force de la nature, un grand gaillard qui n’en reste pas moins un coeur doux et généreux qui par tous les moyens veut protéger sa famille. Il a un grand sens de l »honneur et des responsabilités. Li Lan , celle qui souffrit tant de son premier mariage découvre la tendresse, l’amour et la sérénité…Hélas voilà que la Révolution culturelle va bouleverser le petit bourg de Liu.

Ce passage est un raz -de- marée dans le bourg. La cruauté, l’avarice, la petitesse s’installent et les mots de Yu Hua sont terriblement justes. Ce n’est pas tant la dureté de certaines scènes que de se sentir emplie de compassion pour la détresse de certain(e)s qui m’ont fait pleurer comme une fontaine. Des scènes de violence, de dureté, de sang, j’en ai lues beaucoup mais aucune n’a pu (su) comme Yu Hua sait si bien le faire me prendre aux tripes et provoquer cette communion de lecteur avec les personnages.
Song Gang et Li Guangtou doivent grandir , se perdre et se retrouver. L’un s’efface, l’autre nourrit sa revanche. L’un subira toute sa vie les conséquences de promesses faites, l’autre en profitera sans vergogne.
Et puis finalement, le destin et l’acharnement vont avoir des résultats et provoquer des retournements pour les deux frères.

L’argent tient une grande place dans ce livre…son manque ou sa profusion, les conséquences d’un état comme l’autre sont profondes.

Et puis, les sentiments et non la sensiblerie car Yu Hua a su très bien contourner ces  » travers ».

C’est avec beaucoup de finesse, d’humour et d’émotion que Yu Hua s’exprime.

Si vous êtes rebutés par le langage brut , ce livre ne vous plaira peut-être pas mais pourquoi ne pas essayer ?

Voilà j’ai reposé le livre que j’avais emprunté à la bibliothèque. Je veux l’avoir dans ma propre bibliothèque, c’est un chef d’oeuvre …je suis étonnée qu’il ne soit pas encore adapté au cinéma.

Dans l’édition d’Actes sud les notes de fin de volume sont utiles à la compréhension du contexte historique et aux différentes allusions aux légendes et courant artistiques

 

Histoire de vous donner envie, un extrait en début de livre

De nos jours, des fesses de femmes nues, on en voit partout, à la télévision, au cinéma, dans les VCD ou les DVD,dans les publicités ou dans les magazines, sur les stylos à bille ou les briquets… Des postérieurs de toutes sortes, des postérieurs d’importation ou des postérieurs de fabrication chinoise ; des blancs, des jaunes, des noirs et des bruns ;des larges, des étroits, des gros et des maigres ; des lisses et des rugueux ; des jeunes et des vieux ; des faux et des vrais. On n’a que l’embarras du choix, et une paire d’yeux ne suffit pas pour tout regarder. De nos jours, les fesses d’une femme à poil, cela ne vaut plus rien : il suffit de lever la tête pour en voir une paire, on a à peine le temps d’éternuer qu’on tombe sur une deuxième, et on n’a pas sitôt tourné le coin de la rue qu’on risque de marcher sur une troisième. Mais en ce temps-là, il n’en allait pas de même. C’était un trésor que personne n’aurait échangé contre tout l’or du monde, et il n’y a qu’aux toilettes qu’on pouvait espérer en mater une.
Si vous l’avez lu aussi, votre avis m’intéresse, aussi n’hésitez pas à commenter

Editions Cap Bear

C’est une histoire de famille, celle d’Henriette et Joseph, leurs enfants et petits-enfants. C’est une histoire qui commence sur un drame sur la plage Saint Vincent, les corps d’Henriette et Joseph sont retrouvés noyés et liés par les poignets. Que s’est-il passé ? Qui aurait pu avoir envie de les éliminer ? Comme à chaque fois qu’un corps est découvert, une enquête est ouverte. Nicole Yrle peu à peu à petites touches intimistes et poétiques nous invite à visiter l’univers de ce vieux couple : leur passé ( l’occasion d’en connaître plus sur leur us et coutumes ), la lente érosion de leur présent, leurs doutes, leurs espoirs.
J’ai retrouvé avec bonheur la plume de Nicole Yrle entretenant ce souci des personnages et de leurs pensées intimes, les détails de la vie quotidienne, qui dans ce roman tient une très belle et poignante importance. Tout, des paysages aux coutumes, est soigneusement dépeint comme une carte postale complétée de senteurs et des sons.

Un beau roman qui renvoie au droit des personnes à disposer d’eux-même.

 

Editions Rivages Noir – N°866
160 p-Paru le 02-05-12- 7 €

Quatrième de couverture :

Dans une France minée par le chômage et les plans sociaux, Larry, ingénieur acousticien, perd son emploi. Même pour un travail non qualifié, on ne veut pas de lui. Trop diplômé. Lassé des entretiens d’embauche qui ne mènent nulle part, écoeuré, aux abois, il fait une bêtise. Fabrique une bombe. Elle est fausse, mais lui seul le sait et le pouvoir de persuasion de la bombe est immense…

Depuis Le Couperet de Westlake, la souffrance au travail, la peur du chômage et la détresse induite par la perte d’emploi, sont des thèmes plus actuels que jamais. Christian Roux s’en empare dans ce road-novel intense aux accents de fable politique.

 

Ce que j’en ai pensé :

Encore un roman de Christian Roux qui décortique notre société, bref, un roman noir comme je les aime. De son écriture claire et limpide, sans jamais en ajouter, l’auteur nous fait suivre le parcours  de Larry qui perdant son emploi se trouve comme un funambule. Il s’aperçoit avec un peu d’amertume que les anciennes certitudes du temps de l’opulence ne peuvent persister dans ce nouveau présent qu’il lui faut affronter. L’amour qu’on croyait éternel s’émiette.Femme et enfant s’éloignent. Alors il se rend aux entretiens, sans aucune illusion.

[…]il fallait bien qu’il joue le jeu, s’il voulait essayer de croire qu’il gardait la main sur les quelques lambeaux de sa vie pas encore déchiquetés par ce monstre protéiforme, de plus en plus invincible au fur et à mesure que le temps passait : la crise.

 Et puis, parce qu’il veut  croire qu’il a encore son destin en main, il fabrique une bombe, une petite qui ne ferait pas de mal à une mouche. Il déambule ainsi dans les rues, il la brandit lors d’un entretien. Il imagine les réactions de la foule et il prend de la hauteur par rapport à tout ce qui l’entoure. Mais voilà, l’histoire dérape lorsque dans le sas d’une banque il laisse passer une jeune femme, Lu.
Larry réagit au quart de tour afin d’éviter une tuerie, s’ensuit une fuite en avant accompagné de Lu.
Décidément Christian Roux a ce talent de donner vie à ses personnages, de les rendre humains, fragiles. Comme pour ses précédents romans, l’auteur porte un regard aiguisé ici plus particulièrement sur le chômage : l’hypocrisie du Pôle Emploi ( sans accuser les employés ), l’indifférence qui frappe les sans-emplois, la vie quotidienne qui dérape et se dissout.
C’est réaliste, désespérément réaliste et la fin est très percutante.
En conclusion, vous le devinez, je vous le recommande vivement.

Editions Liana Levi – « Policiers « 
Trad.de Dominique Lepreux
06-05-2011 / 384 pages
20,30 €

Ce qu’en dit l’éditeur :

Les Galiciens? Ce sont des taiseux selon Rafael Estevez, adjoint de l’inspecteur Caldas. Et dans la halle aux poissons du port de Panxón, les mots ne servent qu’à surenchérir lors des ventes à la criée. Impossible de tirer des pêcheurs une quelconque information, même un noyé qui gît mains ligotées sur la plage les laisse de marbre. Pourtant, sur cette côte espagnole battue par l’Atlantique, la rumeur court, silencieuse. Elle parle de naufrages, de bateaux engloutis, de vengeance des morts, d’amulettes contre le mauvais sort… Au comptoir des tavernes où se retrouvent les marins, dans le brouhaha des conversations et des parties de dominos, on peut en saisir quelques bribes. Mais difficile pour nos deux policiers de tirer le bon fil dans cet enchevêtrement d’histoires vraies et de superstitions…

Ce que j’en ai pensé :

Le roman se déroule en Galice près de Panxon. Un homme est retrouvé noyé les mains liées non loin d’un petit port de pêche. Un suicide pense-t-on dans un premier temps, mais la soeur du défunt n’y croit pas. L’inspecteur Léo Caldas accompagné d’ Estevez, l’aragonais va mener une enquête laborieuse car les galiciens sont des taiseux au grand désespoir de l’aragonais, impulsif qui n’hésite pas à défoncer des portes ou distribuer quelques baffes au passage.
Des rumeurs circulent, l’on aurait aperçu Sousa capitaine de bateau pourtant décédé 12 ans auparavant. Pour les deux inspecteurs, il va falloir démêler le passé pour éclaircir cette affaire complexe. Car non seulement les habitants sont des taiseux mais ils font partie de la communauté des pêcheurs…chacun sait quelque chose mais il faut bien du talent pour saisir dans les silences la vérité. Caldas est patient.

L’intrigue est stimulante, intrigante avec ses fantômes surgis du passé. Je me suis promenée dans les paysages, j’ai goûté les saveurs marines ( que de plats évoqués dans ce roman). Léo Caldas et son acolyte sont des personnages attachants que j’ai envie de retrouver rapidement.

C’est beau, c’est la Galice, et Villar nous sert une intrigue à caractère sociologique et des drames de la vie laissant leur empreinte indélébile au coeur des pêcheurs et de leur communauté.

Editions Rivages noir – N° 352
Trad. de Marianne Millon
432 p – Paru le 09-03-2000
10.65 €

Petra et Garzon forment un tandem atypique, ici le supérieur est la femme, Petra Delicado la quarantaine alors que Garzon frise la retraite. Il est assez macho. Certains passages sont amusants lorsque Petra malmène un peu un suspect,  Garzon obéit, en policier discipliné mais montre sa désapprobation. Garzon pense que les femmes sont toutes des fleurs fragiles ce en quoi Petra et l’enquête qu’ils mènent tous deux à la recherche de ce violeur vont le désillusionner. Pour finir des liens forts et qu’on sent porteur d’une profonde amitié et d’un respect considérable se lient entre nos deux policiers.

Dans ce roman, pas d’experts, mais une enquête à l’ancienne. Le mystérieux violeur ne laisse aucun indice si ce n’est cette marque de fleur sur les bras des jeunes femmes, toutes fragiles. Petra et Garzon nous font progresser à leur rythme, tâtonnant, se trouvant en but à la critique médiatique, et même les victimes, achetées par les médias leur tournent le dos.

Alicia Gimenez Bartlett offre une analyse des milieux populaires et des liens parfois glauques au sein de la famille. Une enquête passionnante par son côté sociale. Les personnages sont attachants, personnellement j’aime aussi beaucoup Garzon et Petra pleine de bonnes intentions pour son avenir. Les ex m’ont fait sourire. Petra devant le plus vieux se sent comme une gamine en faute tandis qu’avec le plus jeune, elle jouerait presque à la maman.

Un bon moment de lecture

Editions Rivages noir – 368 p
Paru le 01-03-2007 – 8.65 €

La ménagerie c’est Malo Rottweiler dit Le chien, mais aussi Impala, Le chameau, Le Pottock, la marmotte. Ces noms d’ animaux totems leur avaient été attribués par Jean-Loup Fresnel, Loup. Le roman s’ouvre sur la mort brutale de celui-ci. Les enquêteurs souffrent, surtout Le chien car orphelin tout petit c’est Loup qui lui aura permis de se sortir des embarras.
Puis l’enquête emmène nos inspecteurs vers le meurtre de deux danseurs pour femmes, qui ont été assassinés dans de grandes souffrances comme affectionnait de le faire les nazis.
Au commissariat, parviennent des lettres de dénonciation signé par un certain Thor. Pour un moment tout laisse à penser que les milieux d’extrème droite sont mêlés à ces affaires.
Allant chercher des indices au domicile de Loup, Le chien se fait agresser et Le chameau est blessé à la cuisse.
Bientôt Rottweiler comprend qu’il faudra remonter dans le passé pour élucider le présent, passé qui mène en Normandie. Il y découvrira une facette de Loup qu’il ne soupçonnait pas.

Un très bon roman qui file vite, fort bien écrit avec des personnages fouillés et de l’humour. J’ai adoré. Il existe une trilogie avec Loup, je vais certainement la lire…la question est quand ?

Pocket – 10/ 09 / 2009
Thriller – Policier
480 p – 7 € 60

Quatrième de couverture :

Arnaud Lécuyer est un magicien un peu particulier, personne ne se méfie de lui…
Récemment libéré de prison, il reprend le cours de sa vie : observer, attirer, tuer. Pour ses victimes, il reste Le Magicien. Son public préféré : les enfants.
Un homme se méfie de lui, le commissaire Mistral. Formé à dresser le profil psychologique des tueurs en série et à les traquer, il a senti derrière ces récentes disparitions et meurtres de jeunes garçons la signature d’un même homme. Invisible, secret, insaisissable. Un magicien…
Cet ouvrage a reçu le Prix des Lecteurs « Goutte de Sang d’Encre »

Ce que j’en ai pensé :

J’ai eu des difficultés à poursuivre la lecture, ça m’a semblé long, trop, pourtant l’intrigue est intéressante et le fait qu’un policier la raconte la rend beaucoup plus documentée de l’intérieur si j’ose dire. Ce n’est qu’arrivée environ à la moitié du livre que mon intérêt a grandi. Le tout début du livre accompagne Arnaud Lécuyer de sa sortie de prison après douze ans pour viol d’une personne âgée jusqu’à la reprise de ses pulsions, pulsions qui le poussent à vouloir abuser de jeunes garçons et les
tuer après les avoir attiré près de lui grâce à des tours de magie. Il n’arrive pas à se maîtriser et bientôt il récidive…Le magicien est de retour. Mistral le commissaire apprend que le magicien est revenu alors qu’il n’avait rien fait depuis des années. Et pour cause puisqu’il était en prison.

Arnaud Lécuyer sait se fondre dans le décors, il éteint ses feux de haine et le soir venu reprend sa vieille collection et guette le moment où il la complétera et il y parvient.
Tous les policiers, et les différent services vont travailler conjointement. Mistral qui revient des Etats Unis où il a été formé au profilage va le traquer grâce à ces nouvelles méthodes encore trop méconnues en France. Il n’hésitera pas à prendre des risques et provoquer Le Magicien.

Au total, un rythme trop lent pour moi. J’aurais aimé en savoir plus sur l’enfance d’Arnaud Lécuyer.

L’écriture est laborieuse.