L’homme à la bombe de Christian Roux

Editions Rivages Noir – N°866
160 p-Paru le 02-05-12- 7 €

Quatrième de couverture :

Dans une France minée par le chômage et les plans sociaux, Larry, ingénieur acousticien, perd son emploi. Même pour un travail non qualifié, on ne veut pas de lui. Trop diplômé. Lassé des entretiens d’embauche qui ne mènent nulle part, écoeuré, aux abois, il fait une bêtise. Fabrique une bombe. Elle est fausse, mais lui seul le sait et le pouvoir de persuasion de la bombe est immense…

Depuis Le Couperet de Westlake, la souffrance au travail, la peur du chômage et la détresse induite par la perte d’emploi, sont des thèmes plus actuels que jamais. Christian Roux s’en empare dans ce road-novel intense aux accents de fable politique.

 

Ce que j’en ai pensé :

Encore un roman de Christian Roux qui décortique notre société, bref, un roman noir comme je les aime. De son écriture claire et limpide, sans jamais en ajouter, l’auteur nous fait suivre le parcours  de Larry qui perdant son emploi se trouve comme un funambule. Il s’aperçoit avec un peu d’amertume que les anciennes certitudes du temps de l’opulence ne peuvent persister dans ce nouveau présent qu’il lui faut affronter. L’amour qu’on croyait éternel s’émiette.Femme et enfant s’éloignent. Alors il se rend aux entretiens, sans aucune illusion.

[…]il fallait bien qu’il joue le jeu, s’il voulait essayer de croire qu’il gardait la main sur les quelques lambeaux de sa vie pas encore déchiquetés par ce monstre protéiforme, de plus en plus invincible au fur et à mesure que le temps passait : la crise.

 Et puis, parce qu’il veut  croire qu’il a encore son destin en main, il fabrique une bombe, une petite qui ne ferait pas de mal à une mouche. Il déambule ainsi dans les rues, il la brandit lors d’un entretien. Il imagine les réactions de la foule et il prend de la hauteur par rapport à tout ce qui l’entoure. Mais voilà, l’histoire dérape lorsque dans le sas d’une banque il laisse passer une jeune femme, Lu.
Larry réagit au quart de tour afin d’éviter une tuerie, s’ensuit une fuite en avant accompagné de Lu.
Décidément Christian Roux a ce talent de donner vie à ses personnages, de les rendre humains, fragiles. Comme pour ses précédents romans, l’auteur porte un regard aiguisé ici plus particulièrement sur le chômage : l’hypocrisie du Pôle Emploi ( sans accuser les employés ), l’indifférence qui frappe les sans-emplois, la vie quotidienne qui dérape et se dissout.
C’est réaliste, désespérément réaliste et la fin est très percutante.
En conclusion, vous le devinez, je vous le recommande vivement.

Télécharger en epub ou mobi

2 commentaires

    1. C’est vrai, mais comme je l’ai lu il y a pas mal de temps, il faudra que je le relise .Tu me fais penser qu’il faudrait que je lui demande s’il a réussi à lancer la réédition de L’enfant du placard 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *