UnPiedAuParadis_Ron_RashUn roman noir et rural, âpre et déchirant. Des terres vouées à la disparition, la dureté des éléments, les secrets, des désirs, des tromperies, un corps qu’on ne trouve pas…tout cela est relaté dans ce cours roman sous la plume pleine de soin et d’attention de l’auteur. Un véritable coup de coeur, un roman à lire pour qui ne craint pas la noirceur.

Cependant, il y a dans tout cela beaucoup, beaucoup d’humanité. Vous en serez pris aux tripes.

Philippe Rey

Philippe Rey

« S’emparant d’un fait-divers, un mystère jamais résolu, qui bouleversa l’Amérique- l’assassinant le soir de Noêl 1996 de la petite JonBenet Ramsey, 6 ans et demi, célèbre mini-Miss vedette de concours de beauté-, Joyce Carol Oates reconstruit l’affaire qu’elle n’hésite pas à dénouer. »

Le narrateur de ce roman est Skyler, 19 ans aujourd’hui mais 9 lors de l’assassinat de sa soeur Edna-Louise rebaptisée Bliss par leur mère Betsey dans un accès de mysticisme . A travers ce témoignage, il tente de renouer avec le présent, pour cela il lui faut se souvenir.

Au départ il est seul, le petit homme de sa mère. Celle-ci ne travaille pas et n’a de cesse de se faire inviter par les plus nantis de la ville. Ayant pratiqué le patin à glace étant jeune, elle va essayer de mettre Skyler sur la glacemais il a peur. Bix, le père, toujours en voyage, cadre dynamique très apprécié par la gente féminine ne s’occupe que très peu de son fils. Quand arrive Edna-Louise, Betsey ne la considère que comme un fardeau jusqu’au jour où elle se rend compte des prédispositions de sa fille pour le patinage …elle renommera sa fille, Bliss. Dès lors la petite est retirée de l’école pour des cours à domicile et devient une bête à concours. La petite ne se sent exister aux yeux de sa mère qu’à travers le patin…le moindre échec devient alors une torture pour l’enfant qui culpabilise. Skyler mettra longtemps à l’aimer vraiment. Puis, il l’aidera souvent à cacher les pipis au lit, lui dessinera des petits coeurs à l’encre rouge que celle-ci lui réclame comme si son avenir en dépendait, en guise de protection.
Evidemment, nous savons comment l’histoire s’achève, la petite est morte mais qui donc l’a tuée ? Est-ce réellement ce maniaque qui se dénonce puis se suicide ensuite ou est-ce plus compliqué que cela ?

Joyce Carol Oates a écrit un roman suffocant où se télescopent le voyeurisme des médias, l’enfer familiale, l’ère de l’apparence et le désir d’être intégré, le poids des désirs de la mère et sa folie de devenir quelqu’un à travers sa fille

J’ai lu ce roman lentement car j’ai franchement eu mal pour les enfants, je n’avais qu’un souhait les enlever très vite de cette folie destructrice. Skyler passe les 10 années suivants le crime dans des hôpitaux, des écoles spécialisées hors de prix où il sera traité à grand coup de médicaments. Il y a cette profonde hypocrisie des différents psychologues et psychiatres qui n’hésitent pas à prescrire tout un tas de médicaments dès le plus jeune âge. Dans tout ça, le père n’a jamais tenu ses promesses, il est l’éternel absent ne tenant aucune promesse.

C’est un roman que je conseille vivement à tous ceux qui aiment les développements psychologiques.

Autrement Littérature

Dark island

L’histoire commence l’été des 16 ans de Shirin Wilson à Port Breton en villégiature. Shirin fascinée par l’île de Storn aime se réfugier seule dans une crique d’où elle peut la contempler. Cet été là, elle fait la connaissance de Venn, jeune héritier du domaine de Storn. Entre attraction et répulsion, les deux jeunes gens vont toutefois se rendre sur l’île.
Dix ans plus tard Venn et Shirin se retrouvent lors d’une soirée mondaine. Shirin est belle, intelligente mais pas si instruite que cela…pour moi c’est son intelligence de coeur qui est riche et désarmante à la fois.

Ils se marient sachant que bien des épreuves les guettent et la première la plus terrible pour Shirin sera de devoir renoncer à son amour pour Storn.

Je ne dirai rien de plus sur ce court roman qui m’a complètement charmée. Certains pourraient dire qu’il est « mièvre », pas moi car l’écriture de Vita est élégante, précise. Vita donne à Shirin une âme, un souffle puissant tourmenté par ses sentiments intérieurs.

Il fallait bien qu’un jour je lise cette auteure proche de Virginia Woolf que j’aime beaucoup.

Editions Liana Levi – Piccolo n°22
Paru le 01-11-2003 304 pages
Trad. de Michelle Herpe Voslinski
10,15 €

 

Dites leur que je suis un homme

Chez l’éditeur : Dans la Louisiane des années quarante, un jeune Noir, démuni et illettré, est accusé d’avoir assassiné un Blanc. Au cours de son procès, il est bafoué et traité comme un animal par l’avocat commis d’office. Si le verdict ne fait aucun doute, l’accusé, lui, décide de mener un combat pour retrouver aux yeux de tous sa dignité humaine.

Mes impressions :

Jefferson est un jeune noir accusé de meurtre . Il est défendu par un blanc. Au cours de son procès, il se fait traiter de porc, il n’est même pas un être humain. Il n’est pourtant pas coupable mais la justice est rendue par les blancs. Il ne se défend pas, personne ne le peut à cette époque. Il n’a plus qu’à attendre que la date de sa mise à mort soit fixée.

Sa nan-nan ( tante ) et la meilleur amie de celle-ci vont tout mettre en oeuvre pour qu’il décide de mourir dignement et faire disparaître l’affront des propos tenus au tribunal. Pour se faire, elles demandent à Wiggins, l’instituteur noir du village d’aller lui rendre visite en prison ainsi qu’au pasteur.
Wiggins est désemparé ne sachant que dire et quoi faire, cela le perturbe énormément, lui qui n’est pas croyant.
Nous assistons aux discussions entre Wiggins et Jefferson, les visites de la famille et le comportement abject des notables blancs.
Le moment où la chaise électrique arrive dans la petite ville est particulièrement bien décrit, chacun se rend compte du bruit qu’elle va faire, chacun est bouleversé à sa manière.
C’est un roman plein d’humanité sur la dignité et le courage.
Je vous le dis sincèrement, j’ai pleuré dans les dernières pages.

La filière émeraude

Il s’appelle Liam et est irlandais. Pour une bêtise commise dans son pays, il doit émigrer clandestinement  en Amérique via la Filière émeraude et ….Adieu la bourse d’étude et la course à pieds, Adieu L’Irlande natale. Il se retrouve dans un motel minable à travailler pour trois fois rien, victime d’une étrange maladie qui le desquame. C’est là qu’il fait la connaissance de Sandy, un jeune drogué, bagarreur et d’Angel une adolescente prostituée enceinte .

Après quelques sombres et menaçantes péripéties  le trio prend la route pour s’installer dans un camp perdu au milieu d’autres personnes sans travail, vivant dans le dénuement. C’est la misère complète dans les caravanes où des familles entières s’entassent.

Liam prend sous sa coupe Angel, comme un grand frère le ferait.
Sandy s’évertue à « entraîner » Liam à la course : un trophée est organisé par une école et il y a de l’argent à la clef. Sandy devient de plus en plus violent, dur, frôlant la folie.

Alors voilà, je le dis « Oui ce roman est noir », oui il parle de misère, de drogue, de peur, d’isolement et de détresse . Il n’y a pas d’accumulation de clichés ici, pas de désir de pointer un tel ou tel autre. C’est un beau roman, poignant dont malgré les apparences vous sortirez indemnes  avec un magnifique bonheur de lecture. Le début peut paraître un tantinet lent mais rassurez-vous et persistez, vous n’aurez sans doute pas à le regretter.

Michael Collins a  cette écriture talentueuse qui déroule sa puissance d’évocation, qui choppe le fond du coeur, l’agite et ne le lâche pas.

Christian Bourgois

Une ville du nord de l’Angleterre, peu après Noêl, un homme, Robert est retrouvé mort dans son appartement. Il semble être décédé depuis plusieurs jours. Nous le voyons à travers les yeux des toxicomanes qu’il hébergeait en échange de quelques courses. Ces voix sont présentés tout au long de ce récit depuis la découverte du corps jusqu’à l’enterrement. il y a Danny, Laura, Heather, Ant,Steve, Ben, les chiens Einstein, H et Penny. Tour à tour nous découvrons l’histoire de ces toxicos et celle de Robert, nous apprenons pourquoi il aura fallu si longtemps pour trouver le corps de Robert. Les phrases de ce choeur de Nous sont parfois syncopées comme les crises de manque qui assaillent les personnages.
J’ai beaucoup aimé ce roman certes pas facile à lire  mais qui colle parfaitement aux personnages. J’ai apprécié qu’il n’y ai pas de jugement porté. C’est un roman dense, profondément humain, difficile d’accepter certaines images mais l’auteur les fait exister sans qu’elles ne deviennent déprimantes ou dérangeantes. Même l’autopsie de Robert est décrite de façon si humaine avec tant de respect dans les gestes du médecin que la scène devient touchante avec ce Nous qui suit toujours les mouvements.

Un livre peu ordinaire qui m’a profondément touchée. Je l’ai référencé en Roman noir, ce qui ne plaira peut-être pas, mais je m’en moque.

1950, Niagara Falls ( d’où le titre ), haut lieu touristique. Ariah, 29 ans, vient d’épouser Gilbert. Ils sont tous deux presbytériens. Aux lendemains de la nuit de noces, Ariah se réveille seule dans la chambre d’hôtel. Désemparée, elle va errer dans l’hôtel et apprendre peu de temps ensuite qu’un homme s’est jeté dans les chutes. Durant sept jours elle va errer le long des chutes, on l’appellera la Veuve Blanche. Elle est persuadée d’être damnée. Dick Burnaby, brillant et riche avocat aux nombreux amis la suit comme son ombre. Il tombe amoureux d’elle qui n’est pourtant ni très belle ni de son milieu et l’épousera très rapidement. Ils vivront ensuite dix années de bonheur durant lesquelles ils auront trois enfants : deux garçons et une fille. Ariah ne se passionne que pour son mari et ses enfants, elle ne souhaite rien savoir ni même comprendre du monde qui l’environne.

1962 : Dick prend fait et cause pour une femme dont la famille et la maison ( durement acquise ) ont souffert des industries chimiques qui ont fleuri à Niagara Falls ( leucémies, fausses couches, empoisonnement du sol, allergies etc …) Il y perd ceux qu’ils pensaient être ses amis, beaucoup d’argent et se met à dos les notables. Une lutte acharnée débute , Dick ne s’en sortira pas indemne. Ariah lui tourne le dos, lui reprochant d’abandonner sa famille. Dick disparaît à son tour…Ariah élève les enfants seule en donnant des leçons de piano. Elle interdit aux enfants de parler de leur père, il les a abandonnés s’acharne-t-elle à dire. Ils passeront leur enfance à tenter d’en savoir plus, subissant les sautes d’humeur d’Ariah, mère possessive, entêtée, et névrosée.

1978: L’industrie chimique est punie lors d’un procès retentissant. Les enfants quant à eux chacun à leur façon auront découvert quelques parcelles de vérité concernant leur père. C’est aussi pour eux un grand moment car ce procès réhabilité Dick.

Mon avis Un roman fleuve ( avec quelques longueurs tout de même ) qui aborde pas mal de sujets : le puritanisme, les arrangements entre industriels, politiques et laboratoires. Au coeur de ce roman Ariah que je ne suis pas parvenue à aimer tout en lui trouvant des excuses dans son éducation et le traumatisme de son premier veuvage. Elle fait subir tant de choses à ses enfants, les obligeant à vivre dans le dénuement, les écrasant par son amour maternel vorace et intransigeant , leur interdisant de questionner sur leur père que j’étais choquée par sa conduite. Certains personnages auraient du être mieux expliqués comme cette femme en noire que Royall va croiser.

C’était la première rencontre avec cette auteure, sans doute pas la dernière. Une bien belle plume.

Actes Sud

C’est bien plus qu’un roman sur la délinquance sexuelle et l’exclusion ; c’est un roman sur l’hypocrisie, la perte d’identité. A travers l’histoire de Kid, Russell Banks déroule devant nous un univers sans pitié, misérable, et méprisant, un monde fait de culpabilisation , de fausse pudibonderie, de perte de soi.
Kid, avec son bracelet electronique à la cheville ne comprendra qu’en toute fin de roman qu’il lui reste malgré tout encore 10 ans à vivre ainsi dans l’exclusion, ces 10 années de mise à l’épreuve pendant lesquelles il n’aura pas accès à un logement car il ne doit pas résider près des écoles ou lieu public, et de plus n’importe qui : futur employeur ou bailleur peut connaitre en un clic son passé et sa condamnation. Kid a grandi quasiment seul avec pour compagnie un iguane ( d’où la photo de couverture) Sa mère ne se préoccupant guère de lui, il a commencé à traîner sur le net, de fil en aiguille sur les sites pornographiques. Sa condamnation a trois mois de prison, il la doit à un traquenard suite à un chat avec une jeune fille. Rien n’était prémédité, il ne pensait même pas réellement à ce qu’il pourrait faire si l’occasion de présentait. Le vice est là, dans ce piège qu’on lui a tendu. Kid m’a énormément touchée, attendrie et attristée
A sa sortie de prison Kid n’a pas la choix, il va rejoindre la cohorte des laissés pour compte sous le viaduc. C’est là qu’un professeur de sociologie, énorme qui prend toute la place, va aller à sa rencontre pour l’interviewer . Qui est Kid aujourd’hui ? pourquoi a t il été condamné ? Mais Alamasse comme kid surnomme le prof est il vraiment ici dans ce seul but ? N’a t il pas lui aussi un secret, une maladie ?
C’est tout au long du roman aussi l’occasion de s’interroger sur la place que prennent les nouvelles technologies, sur la place que l’individu puni peut encore trouver dans un monde déshumanisé et hypocrite.

Editions Actes Sud- Actes noir
Janvier 2012 – 272 pages
trad. de Simon Baril
21,30€

Ce roman est basé sur une histoire vraie, celle de l’assassinat de Kitty Genovese dans l’indifférence de ses voisins, le13 mars 1964.

Dans De bons voisins la victime s’appelle Kat Marino, c’est un tout petit brin de femme qui travaille de nuit en tant que gérante d’un bar. C’est en rentrant chez elle qu’elle sera violée et agressée pour finir en sang. Elle luttera de toute sa volonté, de toutes ses forces toute la nuit. Dans cette cours d’immeuble, plusieurs fenêtres sont encore allumées. Que font donc les voisins ?
Ryan David Jahn nous les présente à tour de rôle, et nous montre ce qu’ils vivent au moment où Kat lutte de toute sa volonté pour survivre.

Un jeune homme de 19 ans s’occupant de sa mère très malade doit le lendemain se présenter pour la visite médicale afin d’aller au Vietnam. Un couple qui entreprend une première expérience échangiste, un homme qui se découvre homosexuel, une infirmière qui rentre bouleversée de son travail, un autre homme qui revient du bowling et qui se dispute avec sa femme. Toutes ces personnes, bien que voyant le drame se dérouler sour leurs yeux n’appelleront pas la police, chacune étant persuadée que l’autre,le voisin l’aura déjà fait.

L’auteur nous présente aussi les personnes qui arriveront sur les lieux du drame : le policier, les ambulanciers et l’un des voisins qui était absent.
Nous plongeons dans l’esprit du tueur qui se demande quand on l’empêchera de commettre de telles horreurs.
Et à chaque fois, nous assistons impuissants à la lutte de Kat, sa volonté de vivre.

C’est un roman fort bien écrit qui forcément dérange. Ça fait peur,ça remue les tripes. N’est-ce pas parfois dans l’indifférence la plus complète que des drames se produisent ? Combien de bons voisins n’alertent personne lorsqu’ils entendent des enfants ou des femmes crier dans la nuit ? Combien parmi nous passons devant les pires détresses en baissant les yeux car, après tout que pouvons nous faire ?

C’est en plus de la lâcheté , de la bêtise et de l’égoïsme.

Une bonne lecture dénichée sur les rayonnages de ma bibliothèque municipale.

 

Edition Gallmeister-paru le 23-02-2012
336 pages, 23 € 60

Walt Longmire est de retour dans son Wyoming avec sa fille Cady  souffrant de problème de motricité et de mémoire( Cf L’indien blanc ).
Nous retrouvons avec plaisir toute l’équipe du shériff  ainsi qu’ Henry dit la Nation Cheyenne.
Le long d’une route, deux ranchers qui fauchent les herbes trouvent le corps d’une jeune asiatique, une vietnamienne. Elle a été étranglée. Elle n’a pas de papier sur elle hormis une vieille photo où l’on voit une jeune fille et un homme de dos à un piano..Walt se reconnait, cette photo a été prise au vietnam alors qu’il enquêtait sur une affaire de drogue chez les GIs. La jeune fille s’appelait Mai Kin. Elle fut assassinée.
Cette découverte va renvoyer Walt vers son passé,à travers ses souvenirs nous suivons cette période de sa vie et sa rencontre avec Mai Kin.
Les enfants de poussière ce sont les enfants nés des amours entre militaires américains et vietnamiennes.
Près du corps de la jeune asiatique, Walt attrape un indien , très grand et très fort….c’est un crow. Il le fait enfermer car il s’agit du principal suspect. Pourtant Walt n’y croit pas.

Encore une fois un très beau roman à l’enquête superbement menée. J’y ai retrouvé l’humanisme de Walt, le silence d’Henry qui pousse dans ses retranchements son ami de toujours. Craig Johnson nous ouvre des pans du passé de Walt et d’Henry pour notre plus grand plaisir. Et puis aimant beaucoup le sherif Walt, ce roman nous en apprend beaucoup sur son passé dans l’armée.

Je suis de très prêt la sortie des romans de Craig Johnson, pas question d’en rater un. Cette fois encore, un grand merci à ma bibliothèque qui m’a permis de le découvrir avec les premiers volets des enquêtes de Walt, Little Bird  chez Gallmeister.

Editions Gallmeister-296 p
Paru le 07/04/2011 -23.40 €

Dans ce troisième roman, nous retrouvons Walt Longmire et Henry standing Bear en route pour Philadeplhie où Henry participe à une exposition sur l’art indien. Walt accompagne Henry pour y voir Cady sa fille qui y est avocate et souhaite lui présenter son ami, Devon Conliffe avocat lui aussi.
Hélas, lorsqu’il arrive c’est pour apprendre que Cady a été agressée et se trouve dans le coma. Walt ne peut se résigner à attendre à côté de son lit et commence à mener l’enquête. C’est l’occasion pour lui de faire connaissance avec la famille de son adjointe, Vic Moretti. Tous sont policiers sauf un frère Al qui tient un restaurant avec son oncle. Tournure agréable qui nous permet de découvrir cette terreur qu’est Vic à travers sa famille.
Walt va vite soupçonner Devon mais…lui aussi va être assassiné. Apparaît alors un mystérieux indien blanc qui semble décidé à aider Walt et Henry mais pourquoi et comment ? C’est là le génie de Craig Johnson, les personnages sont fort bien campés, les scènes s’enchaînent rapidement dans un décors qui est cette fois la ville.
Dans une aventure qui met à jour une intrigue sur fond de drogue et de politique, j’ai pris encore une fois un grand plaisir à retrouver les personnages de Walt Longmire au stenton et d’Henry Standing Bear mais aussi Vic qui vient à la rescousse.

Un changement de décors radical mais encore une fois un roman trépidant au suspens bien conservé.