La Dame numéro 13 de José Carlos Somoza

Actes sud- Babel n° 793
Mars 2007 , 567 p , 10 € 70
Trad. de Marianne Millon

 

L’histoire se déroule à Madrid. Un jeune homme, Salomon Rulfo, poète, fumeur et alcoolique fait le même cauchemar depuis plusieurs semaines. Dans celui-ci, il voit une grande maison blanche et lorsqu’il y entre une femme l’appelle. Il passe devant un grand aquarium et dans la chambre du haut il trouve le cadavre décapité d’une femme. Ce cauchemar est si terrible qu’il va voir un médecin ( Ballesteros) pour qu’il lui prescrive un somnifère. Cela fonctionne jusqu’à une nuit où s’éveillant il voit passer à la télévision les images de la maison dont il rêve. Dans cette émission est relaté l’assassinat sauvage d’une jeune italienne et de ses domestiques par un homme qui s’est ensuite donné la mort.
Il décide coûte que coûte de pénétrer dans la maison et arrivant devant se trouve nez à nez avec une jeune femme très belle, Raquel, immigrée sans papier livrée au pire des esclavages sexuels. Tous deux font le même rêve.
Quand ils sortent de la maison derrière une vieille photo ils ont trouvé un papier anoté ainsi qu’une sorte d’amulette.
Raquel ne semble pas avoir de souvenir mais un terrible secret pèse sur elle.
Rulfo va voir un ancien ami pour prendre conseil et celui-ci va commencer à lever le voile sur ce mystère de l’amulette et des dames citées dans le document
« Les dames sont treize : la N° 1 Invite, la N°2 Surveille, la N°3 Punit, la N°4 Rend fou, la N°5 Passionne, la N°6 Maudit…
– La N°7 Empoisonne, récitait le vieux, tandis que l’enfant lisait sans un seul murmure, sans une seule erreur. La N°8 Conjure, la N°9 Invoque, la N°10 Exécute, la N°11 Devine, la N°12 Connaît. Il s’arrêta et sourit. Ce sont les dames. Elles sont treize, elles sont toujours treize, mais on n’en cite que douze, tu vois ? … Tu ne dois en mentionner que douze, ne te risque jamais, même en rêve, à parler de la dernière. Pauvre de toi si tu mentionnais la treize ! Tu crois que je mens ? »

Peu à peu, ils découvrent la vérité sur les Dames …muses ? secte ? sorcières ? Elles sont au coeur des horreurs et des supplices les plus inimaginables à force de mots tirés des plus grandes poésies ( Shakeaspere, Neruda etc )
Les mots deviennent une arme redoutable, inéluctable.

 Je n’en dirais pas plus sur l’histoire qui est du début à la fin captivante, éprouvante, fantastique et superbement bien racontée malgré l’horreur de certaines scènes.

Certains pourraient penser que les citations de poètes sont rébarbatives, rassurez-vous ce n’est pas du tout le cas. Au contraire, à parier que comme dans L’Appât qui incite à (re-)lire  Shakespeare, vous serez tenté par la lecture de certaines poésies. En tout cas, c’est l’effet que ces lectures ont eu sur moi. J’aime vraiment beaucoup le style littéraire de Somoza, la façon de traiter son sujet qui, pour ma part, fait de lui un auteur quasiment inclassable et inégalable.

Télécharger en epub ou mobi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *