L’appât de José Carlos Somoza

Actes Sud-10/ 2011 – 416 p- 23,40€
trad.Marianne Millon

Ce roman se situe à Madrid après les attentats du 9 novembre,et la robotique a gagné du terrain .Malgré toutes ces avancées, les meurtres atroces continuent .La police a recours aux appâts, hommes et femmes recrutés  souvent très jeunes et dans le cas de Diana, après un traumatisme.

Diana Blanco est le meilleur appât de Madrid. Elle se fait du souci pour Vera, sa soeur, futur appât. Ces appâts sont formés en jouant des pièces de Shakespeare dans lesquelles les psychiatres ont décelé 50 phillias
En fait les appâts jouent des scènes que les psychopathes attendent, espèrent, qui les font jouir, les conduisant parfois à la mort. Pour ces flics, les pièces de Shakespeare représentent le psynome (le désir ) et la phillia ( variante au sein du psynome)  de chaque être humain. Combien d’appâts seront sacrifiés en partant sur les traces du Spectateur ? Diana se lance à sa poursuite, Vera est en danger.

Somoza a écrit un thriller psychologique captivant. Vous commencez à le lire et voilà que vous ne pouvez plus le lâcher. L’auteur étant psychiatre il n’est pas surprenant que ses romans regorgent de psychologie. Quel plaisir de suivre l’enquête et de frissonner ! Dans cet après-attentat, la police forme et utilise ses appâts les considérant avant tout comme des instruments et non plus comme des humains. Délaissant les machines qui ont montré leurs limites, les Appâts les remplace.

Décidément, avec La Dame numéro 13 , Clara et la pénombre, j’ai attrapé le virus José Carlos Somoza et je ne lutte même pas.

Télécharger en epub ou mobi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *