3000 pieds – actes 71-80

3000 pieds – sommaire
<< actes 61-70 • actes 71-80 • actes 81-90 >>

–=| Acte 71 |=–

1. La cabine glissait en silence sur la paroi de verre et de métal, brillante, dorée. Un lingot d’un kilomètre de haut.

2. Assises près de la porte, mère et fille observait le panorama. Un jardin de gratte-ciels, le centre ville de Yumington.

3. Au-dessus flottait la panse laiteuse de nuages chargés. Élise se serrait contre sa fille, à mesure qu’elles montaient.

4. Ce silence… Loin les cris, loin la terreur. Mélodie, vidée et collante, soufflait pour la première fois de la journée.

5. Elle se pencha vers sa mère: ça va aller maman. Élise fixait la baie, pétrifiée par l’altitude, osant à peine respirer.

6. La cabine ralentit. 23ème étage. La porte s’ouvrit. Comme un ressort, Mélodie se détendit, poussa un cri, puis recula.

7. Mr Dex ! Elle tira sa mère qui refusa de s’éloigner de sa place. Le voisin entra, glass-T sur le nez. Il tenait sa lame.

8. Preston compta deux cibles. Mais il se borna à suivre les ordres : les accompagner jusqu’à destination. Rien de plus.

9. Les mots l’avaient conduit jusqu’ici par les escaliers gravis à pleine vitesse. Il prit place, sans lâcher son couteau.

10. Mr Dex se posta au milieu, tel un cerbère. La cabine reprit son ascension. Mélodie se colla dans un coin, avec sa mère.

–=| Acte 72 |=–

1. Doug se pencha sur Nicholas, lui retira les glass-T dissimulant son regard. Étaient-elles à l’origine du carnage ?

2. Il les examina un moment puis les rangea dans un sac transparent. Il récupéra le M4, testa la radio toujours muette.

3. Les coms bouillées, restait 2 options: monter sur la plateforme pour un nouvel appel. Ou explorer les étages inférieurs.

4. Ses hommes d’abord, statua-t-il. Il gagna l’aire d’atterrissage, un ilot au-dessus des nuages, baigné de lumière crue.

5. La radio crépita, capta un signal. Renforts, état, pertes, rapport énoncé d’une voix claire face au panorama grandiose.

6. L’Osprey ne tarderait pas à arriver, avec un nouveau commandant. Et maintenant ? Des résidents avaient besoin d’aide.

7. Il vérifia son M4, tourna le dos au soleil généreux. Doug desecendit l’échelle, disparut dans les entrailles de la tour.

8. Il s’occupa des corps, qu’il aligna le long du mur, bras en croix sur le torse. À chacun, il adressa un salut posthume.

9. Il s’attarda devant Nicholas qu’il avait tué. À côté, gisait la dépouille de l’inconnu. D’où venait-il? Doug le fouilla.

10. L’homme habitait au 236ème. Un riche résident. Doug prit son passe, ouvrit la porte des escaliers. La descente débuta.

–=| Acte 73 |=–

1. La grille… Le garçon avait-il un plan ? s’interrogea Franck. Ils étaient pourtant cernés. Gagner du temps, se dit-il.

2. Le concierge posa le boitier: personne n’entre. Ouais et nous restons coincés ici, fit Gia. Il lui sourit sans répondre.

3. J’ai tout sacrifié, entendit Franck. Je n’ai pas eu d’ange pour me stopper. Il n’est jamais venu. C’est un mensonge.

4. Gia regarda le concierge inspecter le sol derrière le comptoir. Il y a une trappe pour le monte-charge, expliqua-t-il.

5. Jamais il ne t’est venu à l’esprit que je pouvais être l’ange, missionné pour t’arrêter partout où tu rejoues ton drame.

6. Il tira sur la poignée, le battant se souleva. Un air frais s’échappa, la lumière s’alluma. C’était étroit, nota Lucie.

7. Pour une fois, il sentit qu’il avait fait mouche. Le silence se prolongea, puis : tu n’es pas très efficace comme ange.

8. Le plateau n’accueillait qu’une personne à la fois. 3 voyages. Gia prit place la première. Lucie serait la deuxième.

9. Le sarcasme masquait le désarroi. Il ne l’avait pas vu venir. Jerry, je suis là pour te tendre la main, arrêtons cela.

10. Une galerie technique, étage inférieur, réalisa Gia. Bien encombré. Caisses de boissons, boites s’étalaient, partout.

–=| Acte 74 |=–

1. Les étages défilaient. Élise et Mélodie espéraient que l’ascenseur stopperait, les libérerait. Mr Dex restait immobile.

2. Un huis clos entre ciel et terre. À quel niveau se dénouerait le drame ? Qui les manipulait comme des marionettes ?

3. Mélodie se souvenait vaguement d’une présence à travers les glass-T. Puis il y avait eu cet homme, Franck quelque chose.

4. Une voix calme. Il avait promis des les aider. Peut-être qu’elles étaient ici grâce à lui, qu’il contrôlait Mr Dex.

5. Assise, Élise serrait les genoux sous son menton. Le vertige… Elle revenait sans cesse sur la vue, le vide aspirateur.

6. Elle s’en détourna, fixa les boutons dorés sur le panneau. Était-ce aussi simple que cela ? Sortir, pensa-t-elle.

7. Mélodie sentait sa mère sur le point de craquer. Elle ne semblait plus que l’ombre de la dame de bonne société.

8. Une femme qui possédait un commerce dans la tour, un statut. Tout cela paraissait si loin, une vie d’avant. Et après ?

9. Retrouverait-elle son quotidien, ses jeux, ses amis ? Et sa mère, sa clientèle ? Sa collection chaussures ? Elle sourit.

10. Tu sais, maman, c’est la première fois que je te vois dehors pieds nus. Sa mère se leva soudain. Maman ? Que fais-tu ?

–=| Acte 75 |=–

1. Lucie rejoignit la Yum Girl qui n’osa pas l’aider à s’extraire du mont charge. Elle adressa un signe au concierge.

2. Le trio réuni, Gia s’inquiéta: et Franck, alors ? Je crois qu’il essaie de gagner du temps en discutant avec ce malade.

3. Possible, se dit Gia. Le garçon enjamba une caisse, les néons blafards se reflétaient sur sa peau perlant de sueur.

4. Jerry avait refusé la main tendue. Et maintenant, tu vas me sacrifier ? fit le prêtre. Je me suis préparé, tu le sais.

5. Belmonte avança d’un pas. Ta pénitence sera d’y survivre. Peut-être parviendras-tu à m’arrêter. Mais pour l’heure…

6. Tes amis sont à l’étage inférieur, une galerie. Belmonte lui tendit des glass-T: tu veux voir comment ils s’en sortent ?

7. Des pièces de stockage, une chambre réfrigérée pour les denrées périssables, les dessous d’un lieu couru des résidents.

8. Puis, la salle de réception des livraisons, terminus d’une vaste plateforme élévatrice, signalée par une double porte.

9. Ils longèrent un mini-quai, dépassèrent une voiturette électrique. La plateforme, fit le concierge, mène au sous-sol.

10. Il pressa le bouton. D’instinct, Gia recula, Lucie dans son dos. Le rideau métallique libéra des porteurs de glass-T.

–=| Acte 76 |=–

1. Peut-être qu’en appuyant sur ce bouton, se dit Élise en s’approchant du panneau. Non, maman, entendit-elle, fais pas ça.

2. Mr Dex ne réagissait pas, constata Mélodie terrifée. Il ne la menaça pas de sa lame. Elle appuya, la cabine stoppa.

3. Les portes restèrent closes. L’afficheur indiquait le 104ème. Dehors, la base des nuages flottait à quelques mètres.

4. En pleine crise, sa mère tremblait: je veux sortir… Elle s’approcha du voisin, hurla: je veux sortir ! Tout de suite !

5. Elle voulut le secouer, à bout, en dépit du danger. Mélodie intervint : on ne sait pas comment il peut réagir, maman !

6. Puis, ce fut comme une libération : les portes s’ouvrirent. Le front de Mélodie se creusa : qu’y avait-il au 104ème ?

7. Elle n’était jamais allé au-delà du 100ème. Elle n’avait pas d’amis aussi riches. Sa mère se précipita. Elle la suivit.

8. Élise s’appuya contre le mur, inspira, souffla : le vertige… ma chérie. Je sais maman, fit Mélodie, en la rassurant.

9. La fillette se retourna. La cage de verre d’où elles sortaient : vide. Où est Mr Dex ? Sa mère leva la tête à son tour.

10. Depuis une alcôve, Preston observait les cibles. La chasse reprendrait, bientôt. C’était ce que promettaient les mots.

–=| Acte 77 |=–

1. Le pied dépassait sur le palier. Le vernis rouge sur les ongles, l’escarpin sur le paillasson, des indices d’un drame.

2. Doug progressa fusil à l’épaule, oeil au viseur, longeant un des couloirs du 236ème étage. Il s’arrêta devant le corps.

3. Il l’enjamba : blonde, la cinquantaine. Morte. La mare cramoisie ne laissait aucun doute quant à la cause du décès.

4. L’appartement présentait de nombreux signes extérieures de richesse : mobilier, oeuvres, tableaux. Symboles de réussite.

5. Un bureau, un ordinateur… Il s’installa. L’écran s’illumina, signala l’absence de réseau puis demanda un mot de passe.

6. Doug pesta : la tour avait coûté des milliards, avait été encensé par les médias de Yumington. Que se passait-il ici ?

7. Il fouilla les tiroirs. L’inconnu avait un nom. Glen H. Edmond. Un magnat. Doug reconnut le logo sur la carte de visite.

8. Une inspection rapide puis il se retrouva dans le couloir. Une silhouette se détacha à l’autre bout. Ils se regardèrent.

9. Le résident armé d’une hache se précipita vers lui. Doug cria les sommations d’usage, lâcha une rafale vers le plafond.

10. Rien n’y fit. Merde ! se dit Doug. Il prit la direction opposée, estimant éviter ainsi d’allonger la liste des victimes.

–=| Acte 78 |=–

1. De la plateforme se précipitèrent les résidents devenus tueurs. Ils fondirent sur les cibles, commandés par les mots.

2. La stupeur puis l’effroi. Le trio resta paralysé, prit de court. La précipation, la fuite, la séparation survinrent.

3. La Yum Girl tira Lucie vers la galerie du café, entraînant une bonne moitié des tueurs aux glass-T dans la foulée.

4. Elles s’y barricadèrent, renversant des piles de caisses et cartons. Les visages appareillés s’y pressèrent. Avides.

5. Ça ne tiendra pas longtemps, fit Gia. Ne restons pas ici. Lucie ne dit rien, le manche du couteau au creux des reins.

6. Elles rebroussèrent chemin vers le monte-charge. Seules, les tueurs aux trousses, l’occasion semblait idéale. Parfaite.

7. Le concierge se trouvait loin des femmes, près de la double-porte. Trop près. Une fraction d’hésitation et il détala.

8. Des coins, sans issues. Les résidents lobotomisés presque sur lui. La panique le saisit. Puis il la vit: la voiturette.

9. Un homme faillit le bloquer. Il le dégagea, courut jusqu’au véhicule électrique, sauta sur le siège, pressa le bouton.

10. Mon Dieu, souffla Franck. Jerry variait les point de vues, d’un résident à un autre, en réalisateur de l’horreur.

–=| Acte 79 |=–

1. Ne trainons pas ici. Élise prit la main de sa fille. Où aller ? 104ème étage, réfléchit-elle. Le souvenir lui revint.

2. Quelques mètres plus loin, des corps au sol, des murs zebrés de rouge. Mélodie ferma les yeux en collant à sa mère.

3. Les bourreaux avaient-ils aussi tués Michelle ? Elise espéra que non en se dirigeant vers l’appartement de son amie.

4. Michelle Jornani tenait une boutique de bijoux luxe au mall, 48ème étage. Les deux femmes s’échangeaient leur clientèle.

5. Symbole de sa réussite, elle avait acquis un 6 pièces de standing au-delà du 100ème. Élise et sa fille s’y présentèrent.

6. Porte entrouverte, poignée maculée… Des signes inquiétants. Tu es sûre ? murmura Mélodie. Nous avons besoin d’aide.

7. Déco épurée, meubles épars, vastes espaces, quasi monochrome. C’était son style. Mélodie suivit sa mère vers le salon.

8. Le corps gisait dans la cuisine. Pas celui de Michelle. Son mari. La mare de sang coagulé, lisse comme de la gelée.

9. Sa mère s’agenouilla près du cadavre. Walter, directeur d’une firme de sécurité florissante. L’aide en question.

10. Elle l’a tué ? En guise de réponse, la porte claqua. Un instant plus tard, Michelle apparut: elle portait des lunettes.

–=| Acte 80 |=–

1. La horde fonça sur la voiturette, manquant de la renverser. Le véhicule tangua tel un bouchon balloté en tout sens.

2. Le concierge se crampona sur son siège. Il appuya sur l’accélérateur, marche arrière, percuta deux porteurs de glass-T.

3. L’un d’eux s’aggripa à la lunette arrière. Il ne reconnut pas le résident qui se tenait d’une main, frappait de l’autre.

4. Pas le choix, dit-il. Il donna un coup de volant, éjecta l’individu. Puis le garçon vit la pile de caisses. Trop tard.

5. L’impact fit tournoyer l’engin, manquant d’expulser le conducteur qui tint bon. Il se retrouva face à la double porte.

6. Les tueurs ne lâchaient pas. Les premiers à quelques mètres à peine. Il ferma les yeux, enfonça la pédale: droit devant.

7. Elles percevaient les assaillants en train de de se débarasser des obstacles. Gia et Lucie parvinrent au monte-charge.

8. Retour à la case départ, lui adressa la Yum Girl. Lucie lui indiqua la cage: à vous l’honneur. Gia ne se fit pas prier.

9. Au moment de se pencher pour s’installer, Gia sentit la pointe d’une lame. Elle se figea. Je vais te saigner salope !

10. La mort d’une putain passera inaperçue dans ce carnage. La bimbo serra ses poings sur les montants de la plateforme.

3000pieds-800px-2

<< actes 61-70 • actes 71-80 • actes 81-90 >>
3000 pieds – sommaire

Télécharger en epub ou mobi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *