3000 pieds – actes 121-130

3000 pieds – sommaire
<< actes 111-120 • actes 121-130 • actes 131-140 >>

–=| Acte 121 |=–

1. L’ombre, sous la porte, ne bougeait pas, mais Mélodie en était certaine : il y avait quelqu’un. Pas question d’ouvrir.

2. Le coeur battant après l’effort, en nage. Elle resta indécise. Si c’était un porteur de glass-T, il l’attaquerait.

3. Il fallait pourtant qu’elle sorte. Sa mère l’attendait. La fillette s’adossa au mur, leva la tête vers le plafonnier.

4. Que fabriquait-elle ? se dit Élise. Elle aurait dû sortir de l’un des logements. Elle songea au pire, en proie au doute.

5. Se décider. Elle cingla vers la première porte: fermée. Mains moites, elle s’essuya sur son pantalon, stoppa son geste.

6. La crosse du pistolet. Elle le sortit, braqua la serrure. Le 9mm ferait un boucan à attirer du monde. Elle se ravisa.

7. La femme pointa à nouveau l’arme. Elle pesta : Merde, c’était sa fille ! Elle tira, donna un coup de pied dans la porte.

8. Le coup de feu la fit sursauter. Mélodie vit que l’ombre venait de disparaître. Elle n’aurait pas de meilleure occasion.

9. La porte cogna violemment, s’ouvrant sur un vestibule sombre. Mél ! cria Élise. C’est Maman ! Où es-tu ma chérie ?

10. Mél ne se trouvait pas là. Elle se rendit à l’entrée suivante. Un détail lui revint : 7 coups en magasin. 11 logements.

–=| Acte 122 |=–

1. De l’activité à la blanchisserie. Jerry vit que son pion libérait les 2 partenaires. Le trio se mit en route aussitôt.

2. Preston prit la tête, talonné par Michelle et le nouveau. Sans hésitation, ils se pressèrent en direction du 106ème.

3. Doug stoppa au milieu des marches : les coups de feu venaient des étages inférieurs. Difficile de déterminer lequel.

4. Il parvint au 107ème. Une nouvelle détonation le confirma: cela provenait du niveau d’en-dessous. Le policier descendit.

5. M4 en main, l’autre sur la porte qu’il poussa lentement. Le danger pouvait surgir d’un coup, tel un diable de sa boite.

6. Il glissa un premier regard. La voie était libre. Une fois dans le couloir, il progressa avec précaution, paré à tirer.

7. À l’angle, il lorgna sur la droite. Il vit la femme responsable des tirs. Elle ne portait pas de lunettes. Bon signe.

8. Il s’engagea, l’interpella : Madame ! Elle se retourna, le pointa de son arme. Oh la ! Doucement, je suis policier.

9. Doug s’approcha. La victime lui parut…hystérique. Ma fille est là dedans, répéta-t-elle. 5 portes ouvertes, nota-t-il.

10. Elle montra la suivante. Ma fille, Mélodie, elle est là, quelque part. Je vais vous aider à la retrouver, la calma Doug.

–=| Acte 123 |=–

1. La tour possède plusieurs parcs de stationnement en sous-sol, expliqua le concierge, dont un dédié aux livraisons.

2. Une noria quotidienne de camions alimente les malls, les boutiques, les restaurants. Alors on pourra sortir ? fit Gia.

3. Jerry avait tout prévu, impensable qu’il laisse une faille béante dans son dispositif. Peu probable, affirma Franck.

4. Le garçon confirma: portes et grilles automatiques étaient sûrement fermées. Lucie ne disait rien, adossée à la paroi.

5. Le malaise s’installa, perturbé par les cliquetis mécaniques de la plateforme. Un ascenseur vers l’enfer, songea Franck.

6. Le concierge l’observa, visiblement gêné. Puis il se lança : vous avez une prière pour ce genre de situation, mon père.

7. La question le désarçonna. Le professionnel de la Foi reprit vite le dessus. Vous êtes croyant ? Le gamin hocha la tête.

8. Le prêtre lui tendit une main : une prière universelle, connue de tous. Je m’en souviens, oui, lui assura le garçon.

9. Soudain, la Yum Girl s’approcha, saisit l’autre main de Franck. Je la connais aussi, fit-elle. Ils regardèrent Lucie.

10. Elle se joignit à eux : je ne connais aucune prière. Franck lui sourit : il est toujours temps d’apprendre, de changer.

–=| Acte 124 |=–

1. Mélodie entrouvrit la porte, glissa sa frimousse. Le vestibule éclairé semblait désert. Un autre coup de feu retentit.

2. Était-ce sa mère qui tirait ainsi ? La fillette se pressa à travers le couloir jusqu’à l’angle, où elle stoppa, alerte.

3. Elle avait raison : il y avait bien un individu. Un homme face à la porte d’entrée. Avec des glass-T, devina-t-elle.

4. Mélodie l’observa, sans un bruit. Des cheveux gris, une calvitie. Un type âgé. Il inserra les clefs dans la serrure.

5. Dès qu’il fût dehors, elle le suivit, à pas de loup. Dans le couloir, elle vit sa mère, avec un gars. Armé. Un policier.

6. L’homme avait surgi d’un appartement voisin. Doug le mit en joue, le somma de s’arrêter. Le gars continua à marcher.

7. Le policier visa la cuisse, pressa la détente. L’homme s’écroula. Mél ! s’écria la femme. Elle se précipita devant lui.

8. La gamine.. Il ne l’avait pas vue. L’homme se remit debout, ignorant la blessure qui aurait du lui arracher un cri.

9. Merde, pesta Doug avant de lui loger une balle dans la tête. Avec les deux civils, pas question de prendre de risques.

10. Élise étreignit sa fille, aussi fort qu’elle le put. Je ne t’abandonnerai pas. Jamais. Je sais, maman, répondit Mél.

–=| Acte 125 |=–

1. Toucher le fond. Une impression partagée par tous lorsque la plateforme arriva à destination. Les portes s’ouvrirent.

2. Franck s’avança le premier. Un immense parking. Trois camions. Pas âme qui vive. Des néons blafards, des coins sombres.

3. C’est le troisième niveau, annonça le concierge. Le premier et le deuxième sont réservés aux résidents et visiteurs.

4. Alors, nous devons aller plus bas, raisonna la bimbo. Le garçon le confirma, les secteurs techniques sont en-dessous.

5. Lucie quitta la cage d’ascenseur à son tour, un regard envieux vers le fond où l’on devinait la rampe d’accès. L’espoir.

6. On pourrait vérifier si la grille est bien fermée, fit-elle. Inutile, reprit le gamin en indiquant un bureau à deux pas.

7. Un moniteur montrait la sortie. Vous voyez ? L’épouse soupira. Pour quelle raison cet écran est allumé ? interrogea Gia.

8. Jerry, pensa le prêtre. Le concierge vérifia les portes coupe-feu des escaliers de secours. Toutes condamnées.

9. Comment on descend alors ? Il sourit et désigna un coin du parking. Gia haussa un sourcil: des voiturettes électriques ?

10. Ils se dirigèrent vers l’aire pourvue de bornes d’alimentation. Simple, pratique et ça se faufile dans les galeries.

–=| Acte 126 |=–

1. Voir la mère et sa fille l’une contre l’autre. Le moral de Doug fit un bond. Il faisait son boulot : sauver des vies.

2. Ensuite ? Les étages inférieurs, les malls et espace commerciaux concentraient le plus de résidents. Élise le confirma.

3. En bas, c’était un massacre. Mais avec le temps, les proies manqueraient sous l’action de tueurs à l’efficacité dopée.

4. Les lunettes, expliqua Mélodie. Des milliers de paires ont été livrées à la tour. Pas chez vous ? questionna Doug.

5. Le regard d’Élise plongea vers le sol. Nous sommes abonnés au service, je les ai aussi reçues. Le policier le comprit.

6. Cette femme au foyer, avait peut-être trucidé des voisins, des inconnus. Le cas de conscience se posa : l’arrêter ?

7. La loi s’appliquait en toutes circonstances, se rappela-t-il. Il appartenait à une court de déterminer les responsables.

8. La mère de la gamine n’était pas une meurtrière. Du reste, juger n’était pas son rôle. Tous vivaient une sale journée.

9. On ne doit pas rester ici, fit-il. Elles lui sourirent, pressées de partir et visiblement heureuses d’avoir de l’aide.

10. Doug ouvrit le chemin, avec un dilemme en tête : monter ou descendre ? Soudain la fillette se figea : Mr Dex ! Là !

–=| Acte 127 |=–

1. Les voiturettes filaient en silence à travers le parking chichement éclairé, entraînées par leurs moteurs électriques.

2. Franck sourit. Les visages de Gia et du concierge, ouverts, profitaient aussi de la balade, d’un moment de plaisir.

3. La crasse craquelait sous les traits étirés. 2 par véhicule. Gia et le concierge devant. À ses côtés, Lucie appréciait.

4. Les engins entamèrent la descente. La galerie les conduisit au niveau inférieur. Un autre parking. Ils continuèrent.

5. J’ai vraiment voulu la tuer, confessa alors l’épouse. Cela fait-il de moi une impie, damnée ? Franck haussa un sourcil.

6. Ils se jetaient dans l’antre d’un monstre, mettant leurs vies en jeu. Que ces questions surgissent ne l’étonnait pas.

7. Vous ne l’avez épargnée au final, faisant preuve de discernement à un moment dur. J’ose penser qu’Il en tiendra compte.

8. Les actes sont fondateurs, les intentions restent ce qu’elles sont : des intentions, affirma le prêtre pour la rassurer.

9. Et Jerry ? Quelles sont ses intentions ? demanda Lucie. S’interroger sur les motivations d’un tel esprit, pensa Franck.

10. Ça tenait d’une physique quantique. L’adversaire oscillait sur plusieurs états. Comme tirer la queue du tigre, fit-il.

–=| Acte 128 |=–

1. Preston, yeux rivés sur l’homme du Yum Swat, demeura immobile. Le policier possédait un M4 lui apprirent les glass-T.

2. À ses côtés, Michelle observait la même attitude raisonnable. Ils ne parcouraient pas deux mètres face à une telle arme.

3. Doug les tenait dans son viseur. Protéger les civils, son objectif. La femme s’agitait dans son dos : ne tirez pas !

4. C’est notre voisin, Preston Dex, souffla Élise. Les responsables de cela, ce sont les lunettes, les glass-T. Pas eux.

5. Et c’est sa femme, à côté de lui ? La mère de la gamine déglutit. C’est ma… mon amante. Doug enregistra l’information.

6. Sans la comprendre. Mélodie gardait le silence, collée à sa mère. Le mot était lâché. Elle tressaillit en l’entendant.

7. Comme un coup de couteau. Plus douloureux que les lames des tueurs aux glass-T. Elles s’enfoncaient moins dans la chair.

8. Le policier devait prendre une décision rapide : les abattre ou pas. Cette fichue journée se déroulait en mode binaire.

9. Vivre, mourir. Tuer, épargner. Aucune nuance entre ces polarités vitales. On va reculer, annonça-t-il. Doucement.

10. Preston les regarda s’éloigner. Les mots lui interdirent de les suivre. Pour le moment. Les cibles n’iraient pas loin.

–=| Acte 129 |=–

1. Les voiturettes stoppèrent au cinquième sous-sol. Le concierge descendit du véhicule de tête : voilà, nous y sommes.

2. Imité par les 2 femmes, Franck le rejoignit devant la double porte coupe-feu marquée d’un personnel autorisé seulement.

3. Au-delà, le cerveau, le coeur de la Tour. Énergie, informatique, tout partait d’ici, vers les étages jusqu’au sommet.

4. Les pieds irriguent la tête, fit Gia. Le front du garçon se rida: une configuration avantageuse sur un plan sécuritaire.

5. Jusqu’à ce que quelqu’un mette son pied sur l’artère principale, murmura Franck. Jerry se trouvait là, il le sentait.

6. Le concierge le regarda : à vous l’honneur, mon père. Le prêtre s’avança, poussa le battant. C’était ouvert. Il entra.

7. Sur le moniteur, en arrière-plan de la projection de ses glass-T, il vit son vieil ami. Le prêtre possédait un don.

8. Les deux femmes et le concierge l’accompagnaient. Franck suscitait l’empathie, attirait les gens de bonne volonté.

9. Une capacité dont lui même était dépourvu. Ou bien qu’il avait perdu. Les souvenirs se superposaient, se mélangeaient.

10. Peu importait, pensa Jerry. Il se tourna vers la rangée d’interfaces, se connecta à son armée prête pour le grand final.

–=| Acte 130 |=–

1. Le policier du Yum Swat marchait à reculons. Canon levé, il demanda des explications aux deux civils derrière lui.

2. Mélodie lui résuma son parcours: son voisin la poursuivait depuis ce matin. Il essayait de la tuer. Doug resta stoïque.

3. Une telle obsession relevait de la démence. Les lunettes en étaient responsables. Même la fillette les avait portées.

4. J’ai failli assassiner ma mère, confessa la fillette. L’intéressée réagit en posant une main sur l’épaule de sa fille.

5. OK, fit Doug. Vous n’êtes pas obligées de me dire tout ça. Nous devons descendre, rejoindre le rez de chaussée, et vite.

6. Élise stoppa : les étages inférieurs, là où il y a le plus de résidents. Et les accès sont bloqués, rappela Mélodie.

7. De sa poche de treillis, Doug sortit un cylindre d’aspect métallique pourvu d’un pressoir. Mél serra la main de sa mère.

8. C’est quoi ? Une fois en bas, j’ouvrirai un passage, promit le policier, à l’ancienne. Une perspective peu rassurante.

9. Ils localisèrent une issue de secours, enfilèrent les escaliers. Les lèvres de sa mère remuaient, nota Mél. Elle priait.

10. Michelle et Preston gagnèrent l’ascenseur panoramique. Les portes s’ouvrirent. Ils arriveraient en bas avant les cibles.

3000pieds-800px-2

<< actes 111-120 • actes 121-130 • actes 131-140 >>
3000 pieds – sommaire

Télécharger en epub ou mobi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *