3000 pieds – actes 21-30

3000 pieds – sommaire
<< actes 11-20 • actes 21-30 • actes 31-40 >>

–=| Acte 21 |=–

1. 6ème étage, l’atrium, elle repéra le parc d’intérieur. Sa classe s’y rendait souvent, pour le cours d’éco-biologie.

2. Une minijungle végétale, domptée, les palmiers y poussaient droits, l’eau suivaient les méandres tracés par le créateur.

3. Le terrain offrait des cachettes, nombreuses, se dit-elle. Elle disparut sous le couvert, fila entre troncs et bosquets.

4. Preston stoppa au portail. Ses glass-T sondèrent la scène verdoyante, traquant la silhouette juvénile soudain évanouie.

5. Son esprit attendit. Les instructions lui parvenaient: intuition ou inspiration divine. Il entendait, il exécutait.

6. A travers le feuillage, Mélodie aperçut Mr Dex, Maman arriva à sa hauteur. Ils scrutaient les environs, tels des robots.

7. Un reflet, elle s’abaissa, mains sur la tourbe . Que leur arrivaient-ils ? La résidence semblait la proie de la démence.

8. Le point pulsa devant lui : la cible se cachait derrière les buissons. Il ignorait comment l’information lui parvenait.

9. Il traitait l’input, puis agissait selon les ordres de la machine. Cela ressemblait à son travail, même l’excitation.

10. Mr Dex se précipita, Maman juste derrière, le coupla cingla vers elle. Comment faisaient-ils ? Mélodie prit la fuite.

–=| Acte 22 |=–

1. Le corps désarticulé explosa le pare-brise du SUV noir, un choc effroyable. Tous les hommes du Yum Swat se retournèrent.

2. Une hache resta plantée entre les omoplates. En dix ans, Doug Winston n’avait jamais vu ça : il pleuvait des cadavres.

3. L’infirmier se précipita. C’était le sixième. Tous présentaient des lacérations, blessures défensives, doigts coupés.

4. Bon Dieu ! Qu’arrivait-il là haut. Appelée en renfort, son équipe se retrouvait à l’accueil, accès, ascenseurs bloqués.

5. Ni aide, ni explications. Les deux flics de crim étaient morts, allongés à côté des agents de sécurité de l’accueil.

6. Le système informatique ne répondait pas, commandes bloquées, moniteurs fracassés. Combien de résidents ? demanda-t-il.

7. Son sergent soupira: dans un condo de cette taile, des milliers. Il posa son M4 sur le comptoir: on doit faire le job.

8. Vu ce qu’il tombait dehors, Doug redoutait le pire : un gang qui détroussait les riches habitants, les défenestrait.

9. Combien étaient-ils ? Il appela la base par radio. L’échange fut bref: nous aurons besoin de renforts, d’un hélicoptère.

10 .Un autre corps s’écrasa sur le synthébéton. On va partir du haut et descendre, annonça-t-il, on ratisse étage par étage.

–=| Acte 23 |=–

1. Preston percevait sa partenaire comme un membre de la meute. Ils ne se parlaient pas. Leurs glass-T s’en chargeaient.

2. Mélodie dépassa la cascade, l’eau chutait du plafond brumeux. Elle s’abrita dans la serre tropical saturée d’humidité.

3. Le point vacilla, puis disparut. Il n’eut pas d’explications. La femme à ses côtés s’arrêta, à court d’instructions.

4. Blottie, respiration bloquée, Mélodie attendait. Indifférentes à son sort, des fleurs exotiques semblaient l’observer.

5. Ça avait l’air d’un blanc entre 2 interlocuteurs. Ils ne cherchaient pas des mots mais un signal, celui de la cible.

6. Que fabriquaient-ils ? s’interrogea Mélodie, en sueur, moite. Ils restaient à l’entrée, les membres raides, paralysés.

7. La femme avança, inspecta les fourrés, les rangées de fougères. Preston comprit son propre rôle : bloquer toute fuite.

8. L’angoisse, l’indécision tenaillèrent la fillette. Sa mère s’approchait. Pourtant, elle voulait rester, c’était sa mère.

9. Il suivit la fouille, tel un second oeil, un capteur déporté au profit d’une intelligence lointaine, le donneur d’ordre.

10. Comment sortir ? Existait-il une autre issue ? Elle s’en souvint pas, se sentit coincée. Puis elle réalisa: les glass-T.

–=| Acte 24 |=–

1. Qui joue avec nous ? On veut tout savoir, somma le concierge. Franck affronta le regard du gamin soutenu par la bimbo.

2. Il ne pouvait plus se dérober. Il se tourna vers le seul moniteur en activité qui affichait la vue du parc intérieur.

3. La fillette avait disparut. Ses poursuivants aussi. Il pria pour leurs saluts. On vous écoute, lança Gia, impatiente.

4. Par ou commencer ? Il s’éclaircit la gorge : vous connaissez le sacrifice d’Abraham ? La Yum Girl haussa un sourcil.

5. Les classiques, se dit Franck, la culture de délitait. Le garçon l’observa d’un air ahuri : c’est un truc religieux ?

6. Ce truc, comme vous dites, est une question de sacrifice, de conséquence de l’obéissance aveugle aux forces supérieures.

7. Ouais, on est en plein dedans, je crois, marmonna Gia. Alors votre saloperie de bouquin commande à ces malheureux ?

8. Il sentit la hargne couvant le feu de sa terreur prête à exploser. Le sacrifice d’Abraham est un acte de Foi, reprit-il.

9. Ces béotiens saisiraient-ils les détours du sujet qu’il étudiait depuis son noviciat. Peu de chance. Il essaya pourtant.

10. Dieu a commandé à Abraham de sacrifier son fils. Pour comprendre le geste, il faut prendre sa place, vivre son dilemme.

–=| Acte 25 |=–

1. Pour retrouver sa mère, elle devait lui arracher ses lunettes. Plus facile à dire qu’à faire, se dit-elle, accroupie.

2. Preston épaulait sa partenaire, à son insu. Grâce à lui, elle avait des yeux dans le dos. Elle couvrait plus de champ.

3. Mélodie s’encouragea à voix basse. C’est faisable, se redit-elle. L’attirer, elle devrait se baisser pour l’atteindre.

4. La femme s’engagea dans une allée hors de portée visuelle. Preston ne déplaça pas, se conformant à sa voix intérieure.

5. Elle était pieds nus, s’étonna Mélodie. Sa mère qui ne jurait que par ses hauts talons, pour les clients disait-elle.

6. Statue de sueur, collant, taché de sang au milieu d’une nature artificielle, Preston ne cillait pas, l’esprit à l’affût.

7. Elle inspira et poussa un bac qui chavira dans l’allée. On y est, se dit-elle en se tenant prête, terrifiée par l’enjeu.

8. Le bruit attira l’attention d’Elise Hampton qui se fixa sur le bac, la terre, les fleurs étalés. Sa cible se terrait là.

9. Preston serra son couteau puis à son tour, il s’élança ainsi lui commandèrent les mots qui lui montrèrent le chemin.

10. Maman ! surgit Mélodie en jetant une poignée de terre au visage. Une hésitation, un geste vif, les lunettes sautèrent.

–=| Acte 26 |=–

1. Ne me dites pas que vous avez neurocodé votre oeuvre pour qu’ils se mettent à sacrifier leurs proches ? tonna le garçon.

2. La Yum Girl le toisait, bras croisées, mâchoire crispée. La neurolecture via glass-T offrait l’immersion, la communion.

3. Les mots formaient des images, les phrases des scènes. Chacun voyait ce qu’il voulait, entendait ce qu’il désirait.

4. Certains plus que d’autres. Franck ferma les yeux. Non, fit-il. Ce n’était surement pas le but. Le concierge souffla.

5. Vous avez dit : il se prend pour Dieu. De qui parliez-vous ? demanda alors la bimbo. Une fille intelligente, se dit-il.

6. De mon premier lecteur, lacha le religieux. Gia et le garçon échangèrent des regards incrédules. Franck plissa le front.

7. J’ai écrit le texte, il a encodé l’ebook et… j’ignore comment. Je ne suis pas spécialiste. Ces trucs me dépassent.

8. Et ensuite ? Franck résuma la procédure. Je l’ai envoyé à mes éditeurs. Il sont tous morts, avoua-t-il, la mine sombre.

9. Je ne comprends pas, fit Gia. Il a encodé votre texte pour les tuer ? En effet, se dit-il, elle ne comprenait pas.

10. La vue sur le moniteur changea. Il y avait du mouvement. L’homme au couteau courrait à travers la serre. Pas bon signe.

–=| Acte 27 |=–

1. Doug se tenait sur le parking balayé par le souffle des rotors basculants de l’Osprey, sa radio tactique à la main.

2. La chute des corps se poursuivaient, sous leurs yeux impuissants. Ces pauvres s’écrasaient comme des pommes trop mures.

3. Le parvis de la tour ressemblait à l’étal d’un abbatoir. Les roues touchèrent le bitume, la rampe cargo s’abaissa.

4. Un officier de liaison le rejoignit : que pouvons-nous faire pour vous ? demanda-t-il. Doug pointa son M4 vers la tour.

5. Nous déposer au sommet. L’homme leva la tête. Une forme creva les nuages, chuta comme un confettis échappé de l’horreur.

6. Mon Dieu, souffla-t-il, est-ce que c’est ce je crois ? Doug acquiesça : le temps presse. Les ordres fusèrent aussitôt.

7. La turbine hurla, l’appareil arracha ses 20 tonnes du sol. Quel est le topo ? demanda l’officier. Doug se montra franc.

8. Nous en savons très peu. Les agents de sécurité sont morts, les accès bloqués, on pense qu’un gang opère une razzia.

9. Ils balancent les gens ? s’étonna l’officier. Les lacérations, les blessures évoquaient plutôt une folie collective.

10. Pas l’œuvre d’un gang. Il se gratta la nuque : peut-être refusent-ils de coopérer ? L’Osprey s’enfonça dans les nuages.

–=| Acte 28 |=–

1. Maman, supplia Mélodie penchée sur sa mère. Elle semblait déboussolée, le regard perdu. Où suis-je ? C’est toi Mél ?

2. Preston accéléra, le sol humide, la terre maculant le sol : il dérapa au croisement de l’allée inspectée par la femme.

3. Mélodie étouffa un cri. Mr Dex arrive, vite, il ne faut pas rester. Elle l’aida à se relever. Ça dura une éternité.

4. Il se redressa, interrompit sa course. Il y avait désormais deux points rouges: 2 cibles. Sa partenaire s’était envolée.

5. Elles grimpèrent sur le talus, leurs pas s’enfoncèrent dans le terreau couleur charbon. Mélodie tenait les glass-T.

6. Les mots projetaient les mêmes ordres, s’adaptant à l’évolution de la situation : les tuer, toutes les deux. Il fonça.

7. Que m’arrive-t-il, gémit Elise. J’en sais rien, Maman. Ils sont devenus fous à cause de ça. Elle agita les glass-T.

8. La rage, l’excitation agissaient en carburant et comburant, les mots étincellaient La chasse enflammait son être.

9. Mes lunettes ! Elise tendit son bras. Et chuta. Mr Dex arrivait, Mélodie lut la fureur sur son visage, la lame brillait.

10. La cible glissa devant lui, à quelques mètres, il brandit le couteau, obéissant aux mots, sans état d’âme, ni remord.

–=| Acte 29 |=–

1. Deux silhouettes grimpaient un remblai, la plus grande tomba. Gia réagit : c’était la porteuse de lunettes, pas vrai ?

2. Mêmes vêtements, aucun doute possible, se dit Franck. Où sont ses glass-T ? L’homme au couteau déboula dans l’allée.

3. Tous 3 fixèrent l’écran, tous 3 s’attendirent au pire. Deux personnes allaient mourir sous leurs yeux impuissants.

4. Preston ne reconnut pas la femme au sol, pourtant sa voisine, sa partenaire de chasse. Aucun souvenir, juste une cible.

5. Mr Dex se précipitait vers sa mère, lame au clair. Mélodie, paralysée, la regarda tenter de se lever. Trop lentement.

6. Les lunettes… Ceux qui les portaient, tuaient les autres. Elle vit la solution. Elle les jeta à sa mère : Mets-les !

7. Mais tu as dis qu’elles… Mélodie s’emporta: bordel, mets ces lunettes Maman ! Choquée, Elise Hampton obéit à sa fille.

8. La cible rampa sur le sol, à la recherche d’un objet qui brillait, au milieu de l’herbe. Elle ne lui échapperait pas.

9. Maman, il est sur toi ! cria Mélodie. Elle vit sa mère ramper, saisir une branche et chausser la monture. Elle se figea.

10. Le point rouge disparut, les ordres changèrent, soudainement. Preston stoppa. Le plus étrange : la femme était revenue.

–=| Acte 30 |=–

1. Tant que maman portait les glass-T, il ne lui arriverait rien, se répéta-t-elle en courant, sans se retourner.

2. En quittant son poste, il avait libéré la sortie. La fillette s’échappait, la chasse reprit. Le flux des mots augmenta.

3. Mélodie dévala la butte, rejoignit l’allée principale, l’issue en ligne de mire. Une longue course, souffla-t-elle.

4. Preston émergea du fourré, aux côtés de sa partenaire, ils virent la fillette filant entre les rangée de bacs en fleurs.

5. Hors de l’Atrium, l’escalator lui offrit deux choix. Une décision de vie ou de mort à prendre dans l’urgence. Monter.

6. La petite suivait sa stratégie initiale. Les phrases établirent une évidence : elle ne tiendrait pas jusqu’au 240ème.

7. 7ème étage : la salle de sport, d’autres boutiques, elle aperçut des silhouettes menaçantes. Mélodie fit l’impasse.

8. Il gagnait du terrain. Les Glass-T mesuraient la distance le séparant de sa cible. Elle était rapide, mais pas assez.

9. 8ème étage. L’enseigne d’un salon de beauté attira son regard. Elle était déjà venue ici avec sa mère. Un terrain connu.

10. La fillette entra dans la boutique. Preston reçut un nouvel ordre : sa partenaire prenait la direction de la chasse.

3000pieds-800px-2

<< actes 11-20 • actes 21-30 • actes 31-40 >>
3000 pieds – sommaire

Télécharger en epub ou mobi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *