Mourir en août de Jean-Baptiste Ferrero

 

Mourir en août de Jean-Baptiste Ferrero Numériklivres - Coll. numérik polar ebook - juin 2013

Mourir en août de Jean-Baptiste Ferrero
Numériklivres – Coll. numérik polar
ebook – juin 2013

Mourir en août de Jean-Baptiste Ferrero

Ce qu’en dit l’éditeur : À Paris au mois d’août, on s’ennuie sérieusement. Le meilleur remède contre l’ennui, c’est LES ennuis. Et les ennuis, Thomas Fiera les attire à un point qui n’est pas raisonnable. Ancien universitaire en rupture de ban qui suite à un drame personnel est devenu enquêteur privé, Fiera promène son spleen et son humour caustique dans le monde des entreprises sur lequel il jette un regard sceptique et blasé. Recruté par le PDG de la société MC4 pour traquer un corbeau, un sale petit délateur sournois qui le met en cause auprès des médias, Fiera, flanqué d’une équipe d’aventuriers aussi improbables que dangereux, se retrouve embarqué dans un merdier infernal où il doit se farcir de faux druides, de vrais fachos et d’authentiques tarés en tous genres. Lui et ses quatre amis provoquent une forte augmentation de l’activité des pompes funèbres qui ne doit pas grand-chose à la canicule. Y’a pas à dire : Paris au mois d’août, c’est mortel 

Bon alors d’entrée on sait que le mois d’août va être terrible. Thomas Fiera se fait menacer et là, est la première bêtise de son ( ses ) rivals. Evidemment, Fiera va se lancer dans cette affaire et s’adjoindre une équipe de choc et ça va péter un max surtout avec les femmes, Adélaïde est le personnage que je préfère, toujours prète à l’affrontement,aguerrie , sans sentiment ou presque, elle est typiquement le genre de nénétte que j’affectionne. Ce qui est marrant dans Mourir en août c’est que les hommes passent au second plan,et sont limites couards sauf Fiera, quoique …

L’intrigue est bien menée, je devrais dire l’espionnage : gourou, sectes, gros sous etc

Tout est réuni pour un bon moment de suspense, ça pète comme il faut, l’espionnage est juste là où il faut, bref, tout simplement un excellent moment avec un bon polar bien secouant.

Oui comme dit le résumé y a des faux druides bien malsains et angoissants et des capitalistes de merde et tout ce mauvais monde va se trouver face à cette équipe qui se donne bien du mal.

C’est trépidant, aucun moment pour s’ennuyer, c’est marrant, caustique et franchement à lire.

Contrairement à certains j’en écris pas des tonnes sinon je vois pas l’intérêt de vous conseiller cette lecture. Allez y vous sourirez, vous serez agréablement surpris pas le dénouement. C’est l’important.

31 Août il est temps de mourir en beauté pour vous !

Je suis amoureuse d’Adélaïde, je vous choque ? M’en fous ! C’est THE NANA que j’aime !

Thomas Fiera tient un blog , c’est Jean-Baptiste Ferrero qui l’a contraint et c’est ici 

Acheter pour pas cher, 4 € 99 Mourir en août c’est ici par exemple Immatériel  

Une belle interview de Jean-Baptiste Ferrero par Anita Berchenko sur le site de l’éditeur

Bonne lecture à tous !

Editeur Numériklivres

La chronique enthousiaste de chti_suisse sur son blog

Télécharger en epub ou mobi

9 commentaires

  1. Ahhhhhhhhhhhhhh : Je viens de le recevoir (comme j’ai des points lire chez NumerikLire).
    Je n’ai donc pas lu cette page (j’ai scrollé comme un fou en bas)
    MAIS il est dans ma pal et je lirais ton post une fois le polar lu.
    Bon il va falloir qu’on arrête de lire les même eBook….
    Il faut dire que quand on lit en eBook si on aime les bons romans et nouvelles NumerikLire et Walrus sont assez incontournables.

    Cédric @fnacbookeur m’a dit que c’était un bon choix
    Merci d’avance pour ton avis que je n’ai pas lu (et oui un commentaire qui dit qu’il n’a rien lu…c’est N’IMPORTE QUOI…on se croirait à la télé)
    Je ferais un lien quand j’aurais rédigé mon propre modeste court et mal écrit post.

    A+
    Chti Suisse

    1. Je te décerne la palme du meilleur commentaire ! Je suis explosée de rire 🙂
      J’attends ton avis avec curiosité du coup
      A bientôt
      ( oui on a les mêmes dealers de bons ebooks 😉 )
      Je suis inscrite aussi au programme point chez Numériklivres mais je suis irrégulière dans mes chroniques, tout le monde le sait 😉

        1. C’est clair ! on ne voit pas le temps passer en lisant Jean-Baptiste Ferrero et les aventures de Thomas Fiera. Je suis comme toi, toutes nouvelles sorties de l’auteur rejoindra directement ma Pile à Lire 🙂
          J’ajoute le lien vers ton chouette papier au plus vite et merci

  2. Décidément…. Moi aussi j’ai beaucoup aimé, et j’ai chez moi une dédicace… Z’etes Jaloux hein ! (bientôt la preuve en photo sur Twitter)

    1. Hu hu moi aussi j’attends ma dédicace et TOC :op Jean-Baptiste est un auteur que je suis avec grand bonheur sur le blog de Thomas et j’espère bien un autre roman chez Numeriklire
      Merci pour ton commentaire et à bientôt 🙂

  3. Bon alors je voudrais pas faire mon chieur… quoique. Hein ? Quoique ? C’est quoi ce quoi que qui couac en plein coeur d’une critique qui semblait – je dis bien semblait – être favorable… Mmmmm ? Mmmmm ?
    Alors comme ça on met en doute mon courage ?
    J’en suis comme deux ronds de bouses ! Tant de cruauté dans l’insouciance, perso, ça me ravage !

    Bon passons là-dessus parce que quelques lignes après vient un aveu que je trouve très touchant : un aveu d’amour pour Adélaïde !
    Bon c’est clair : tout le monde aime Adélaïde, est amoureux d’Adélaïde, fantasme sur Adélaïde !
    Ok ok.
    Je ne suis pas du tout jaloux.
    Pas du tout.
    Du tout.

    Même pas un peu.

    Bref.
    Mais je tiens quand même à dire qu’être amoureux d’Adélaïde est une aussi riche idée que, mettons, se foutre une vipère à corne dans le fion ou qu’aller tripoter les grelots d’un rhinocéros atrabilaire.

    Alors, bon finalement, je dois dire que si quelqu’un a une chance, ici bas, de s’approcher d’Adélaïde sans se prendre la branlée du siècle voire une balle a charge creuse entre les mirettes, c’est quand même Natalia Arribas qui partage avec elle un tempérament passionnée, de solides origines méditerranéennes et une mauvaise humeur chronique, joyeuse, grinçante et somme toute parfaitement roborative.

    Alors de la part de toute ma fine équipe à commencer par moi-même deux grosse bises bien sonores !

    No pasaran !

    Thomas Fiera

    PS : y’a l’autre pignouf là, mon Watson à moi, Ferrero, qui te passe le bonjour aussi. Si ça intéresse quelqu’un.

    1. Bon, j’aurais du me douter qu’il y aurait une pointe de jalousie. C’est humain et rassurant tout compte fait.Bref…
      Je crois en effet qu’avec Adélaïde on pourrait être ‘ pote ‘ enfin autant que celle-ci l’autorise.
      Hé Thomas j’ai bien l’intention de continuer de te lire sur le blog que ton auteur t’a contraint à créer et te laisse pas faire, c’est toi qui mène le jeu !
      J’suis pas chienne là, la bise à toi et Jean-Baptiste et surtout Adélaïde :op
      J’suis toute contente de ce commentaire Schizophréne 😮
      A bientôt
      Ceci dit tu rejoins @chti_suisse dans la catégorie palme du meilleur commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *