Que notre règne arrive de J.G. Ballard

 

James.G.BallardQue notre règne arrive – J.G. Ballard

 

 » – Et le cycle se répète. » Je m’adossai, conscient du souffle brûlant de Maxted dans l’atmosphère. » D’autres attaques racistes et incendies, d’autres hôtels pour immigrants brûlés de fond en comble. Alors comme ça, les gens de la voie rapide en ont assez de mâchouiller des brindilles. Une question se pose, quand même. Qui organise des crises de folie ?

– Personne. C’est ce qui fait la beauté de la chose.La psychopathie élective attend en nous, prête à surgir dès que le besoin s’en fait sentir. Il s’agit d’un comportement de primate dans ce qu’il y a de plus extrême. Les chasses aux sorcières, les autodafés, les bûchers d’hérétiques, le tisonnier brûlant enfoncé dans le fondement de l’ennemi, les gibets à l’horizon. La folie choisie peut infecter une résidence ou une nation entières.

– L’Allemagne des années 30 ?

– Très bon exemple. Même de nos ours, on s’imagine que les chefs nazis ont entraîné le peuple allemand dans les horreurs d’une guerre raciste. C’est ridicule. Les allemands étaient prêts à tout pour s’évader de leur prison. La défaite, l’inflation, les réparations de guerre grotesques, la menace des barbares orientaux. Devenir fous leur redonnait la liberté, alors ils ont choisi Hitler pour mener la chasse. Voilà pourquoi ils sont restés unis jusqu’au bout. Ils avaient besoin d’adorer un dieu psychopathe, ils ont recruté un M.Personne, et ils l’ont hissé sur l’autel le plus élevé. Les grandes religions font ça depuis des millénaires.

– Des états de folie élective ? Le christianisme ? L’islam ?

– De vastes systèmes d’illusion psychopathe qui ont tué des millions de gens, déchaîné des croisades et fondé des empires. Grande religion égal danger. De nos jours les gens sont prêts à tout pour croire, mais ils n’atteignent Dieu qu’à travers la psychopathie. Regardez les endroits du monde les plus religieux – le Moyen Orient et les Etats Unis. Ce sont des sociétés malades, dont l’état va empirant. Les gens ne sont jamais plus dangereux que quand ils ne peuvent plus croire d’en Dieu.

– Mais en quoi d’autre peut on croire ?  » J’attendis une réponse, pendant que le psychiatre regardait le MétroCentre par la fenêtre panoramique. Mon hôte avait les poings crispés en l’air comme s’il cherchait à stabiliser le monde qui l’entourait.  » Docteur Maxted ?

– En rien. Hormis la folie. » Après s’être ressaisi, il se retourna vers moi.  » Les gens ont l’impression que l’irrationnel est fiable. Qu’il offre la seule garantie de liberté face à l’hypocrisie, aux salades, à la pub dont les abreuvent politiciens, évêques et universitaires. Alors ils redeviennent volontairement primitifs. Ils sont en quête de magie et de déraison, parce qu’elles se sont révélées bien utiles par le passé et qu’elles leur serviront peut-être à nouveau. Ils ont envie d’entrer dans un nouvel Age Noir. Les lumières sont là, mais elles s’éloignent dans la nuit intérieure, la superstition et la déraison. L’avenir verra entrer en compétition les grandes psychopathies, toutes délibérées, toutes issues d’une tentative désespérée d’échapper au monde rationnel et à l’ennui du consumérisme.

– Le consumérisme mènerait à la pathologie sociale ? C’est difficile à croire.

– Il lui ouvre le chemin. La moitié des produits qu’on achète de nos jours n’est guère constituée que de jouets pour adultes.Le danger, c’est que le consumérisme a besoin de quelque chose de très proche du fascisme pour continuer sa croissance. (…)

– Mais pas de bottes cavalières, fis-je remarquer. Ni de Führer fulminant.

– Pas encore. De toute manière, ils appartiennent à la politique de rue. Nos rues à nous sont les chaînes du câble. Nos insignes du parti, nos cartes de fidélité or et platine. Ça vous paraît un peu ridicule ? D’accord, mais tout le monde trouvait les nazis vaguement marrants. La société de consommation est une sorte d’Etat policier mou.On croit avoir le choix, mais tout est coercitif.Si on n’achète pas encore et toujours, on est mauvais citoyen. Le consumérisme crée d’énormes besoins inconscients, que seul le fascisme peut satisfaire. En fait, le fascisme est la forme que prend le consumérisme quand il opte pour la folie élective. »

traduit de l’anglais par M.Charrier

Télécharger en epub ou mobi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *