Le Patient de la Chambre 9.

KP

Expérience de Josh (@Yoonsky_), Patient numéro 9 de la Kane HX:

JOUR 1:

Zapper une virée en boîte vendredi soir, se pointer tôt un samedi matin à la Kane HX Foundation, tout ça pour du blé

bon ok, c’est pas seulement une question d’argent. Un peu de curiosité et un brin de folie aussi

Et avec un peu de chances, mon nom entrera dans l’histoire. C’est pas tous les jours que ça arrive

Surtout lorsqu’on est un simple designer graphique sur blender tout juste bon à faire du rendu 3D à 2 balles

Par contre la Kane HX, cette histoire de nouvelles technologies (et oui, l’argent qui va avec…) change un peu ma vie

D’après ce que j’ai compris, on va injecter à moi et 11 autres inconscients des nanobots en intradermique. Bon…

Ils disent que c’est pas dangereux. La meuf qui nous a accueilli, Mary Wonder a l’air sympa donc je vais les croire

les nanobots seront inertes, c’est censé ne pas pouvoir interagir avec notre organisme

On nous garde après en observation quelques jours et puis basta j’ai mon fric et mon nom dans un livre d’histoire…

j’avoue, j’ai un peu tremblé au moment de recevoir l’injection du liquide noir mais maintenant, je me sens bien.

On nous conduit dans nos chambres, je suis pas sûr mais on dirait que quelqu’un a crié. Calmos les gars, non mais…

Bon, un bureau avec un ordinateur, un lit, une douche, un lavabo et des chiottes c’est tout, c’est assez petit…

Mais je suis habitué. La solitude je connais… Mais le manque de fenêtre me dérange un peu pour un rêveur comme moi.

J’ai l’impression d’être comprimé, mais avec le temps ça ira je pense. 3 jours ici, c’est rien du tout!

Ok, cet ordinateur est nul! Pas de musique, pas de films, pas de jeux. Juste une page de traitement de texte

Je suis censé décrire ce que je ressens, j’écris: « Votre machine c’est pas la joie! je vais bien m’ennuyer ici -_-  »

Je commence à m’énerver, je tourne en rond depuis quelques minutes. Je crois que je vais m’allonger un moment…

on m’a réveillé pour aller bouffer, enfin un peu de distraction, une occasion de voir les autres

Apparemment tout le monde trouve la bouffe infecte, à croire que c’est fait exprès.

Le gars du 6 et la patiente de la chambre 2 discutent, je reste dans mon coin j’observe. Le gars du 1 a l’air tendu

J’ai un peu mal à la tête, la bouffe n’arrange rien. Autant essayer de discuter avec quelqu’un… C’est pas mon fort

« @H_X_Lemonnier Salut, c’est n’importe quoi la bouffe ici n’est-ce pas? »

‏@H_X_Lemonnier: « @Yoonsky_ oui peut-être…je mange par habitude. »

« @H_X_Lemonnier par habitude? Tu fais quoi dans la vie? »

H_X_Lemonnier: « @Yoonsky_ Je vis par habitude également. »

Owkay… J’ai essayé de discuter avec le gars du 13 mais c’était très bizarre. Je crois que je vais en rester là…

Bon il a l’air sympa quand même, juste un peu à part c’est tout.

Je ne pense pas avoir déjà vécu pire journée que celle-ci

J’ai une migraine d’éléphant depuis le début de l’après-midi, j’ai du vomir 2 ou 3 fois, mon bras droit me démange

Impossible de trouver le sommeil, à beau me plaindre sur leur foutu ordinateur, appeler les infirmiers rien n’y fait

Leur machin était supposé être sans effets, c’est atroce! j’espère qu’il vont augmenter la tune après ça…

J’ai vu les autres tout à l’heure c’est pas la joie non plus! Certains ont l’air d’être sur le point de péter un câble

Ya eu des cris à un moment, mais avec la migraine et tout, ça pouvait très bien être juste mon imagination

Et là j’entends de la musique, je sais pas d’où ça vient mais ça m’apaise un peu, je crois que je vais pouvoir dormir.

JOUR 2:
J’emerge du sommeil avec douleur. J’ai l’impression d’avoir la tête compressée par d’énormes tenailles invisibles

J’ai le corps meurtri, je me rend compte que j’ai dormi à même le sol. Mon bras droit me fait toujours atrocement mal

Je me lève et je remarque que l’ordinateur sur le bureau est en mille morceaux, les draps du lit sont déchirés

Cette nuit j’ai pété les plombs, je me suis levé pour demander de l’aide et je crois que l’appareil s’est foutu de moi

L’écran affichait un énorme smiley et j’entendais quelqu’un rire. J’ai foutu mon pied dedans une bonne dizaine de fois

Je regrette un peu maintenant, ils risquent de déduire ça de la somme que je dois recevoir à la fin de l’expérience

À vrai dire je pense que je vais arrêter. Je vais demander à cette Mary Wonder de me retirer les nanobots, tant pis

Mais avant je dois trouver la porte. Je vois pas la porte, elle a disparue. Je ne peux pas sortir!!!

Je ne sais pas ce qu’il se passe dans ma tête, mais je crois que je suis foutu. Je vois des trucs pas très net

Je sais que ça n’a pas de sens. Tout ça ne peut pas être vrai, je sais que ça n’existe pas. Ça doit s’arrêter…

Un peu avant l’heure du repas ce matin, la porte de ma chambre a disparue. J’ai hurlé, pour qu’on vienne m’aider

Après une minute, les murs se sont écartés pour dévoiler le couloir, quelqu’un est rentré, je me suis figé direct

Je crois même avoir crié, c’était ma première modélisation sur blender qui passait la porte.

Robot Blender

Ça faisait 10 ans quand j’ai commencé à utiliser le logiciel 3d un truc sortit de mon imagination se tenait devant moi

J’ai compris que je delirais lorsque le truc a commencé à parler avec la voix de l’infirmier pour me dire de le suivre

Tout ça n’existe pas je me répétais dans la tête, mais ça ne suffisait pas à faire disparaître les hallucinations

Je l’ai suivi, sans rien dire. Je voulais pas parler, même dans la salle commune je n’ai rien dit à personne.

Personne n’a semblé remarquer ma modélisation. J’avais peur, mais je n’ai rien dit. Et puis le truc s’est volatilisé

Je sais pas ce qu’ils m’ont fait avec leur injection hier matin, mais je pense que c’était une belle connerie

Je suis plus sortit de la chambre de la journée, je crois avoir irrité les infirmiers

Je sais pas pourquoi, ils n’ont pas aimé quand j’ai dit que j’allais tordre le cou à Rob Kane et Mary Wonder

Pourtant l’idée était marrante je trouve, quel manque d’imagination.

De toutes façons je m’en fiche. Je suis sur le quai, mon spaceship est sur le point de décoller. J’aime voyager

Le lit est froid, mon corps commence à se changer en métal. C’est plutôt cool, la pièce tangue, j’entends du rap

Je n’arrive pas à bouger, je veux aller nulle part. C’est bien comme ça, l’image se fige. Le processeur est lent

Je vois l’écran bleu. Mon disque dur a du se planter, c’est marrant. Même si ma tête me fait toujours mal.

JOUR 3:

Je marche depuis des heures dans un brouillard epais apparemment sans fin.

Enfin, je ne marche pas vraiment. Je suis incapable d’esquisser le moindre mouvement mais j’avance tout de même.

J’entends des gens se moquer de moi, on me traite de looser. Je ne les vois pas, je veux leur dire de se taire

Je n’arrive pas à ouvrir la bouche. J’ai envie de crier de toutes mes forces, j’en suis incapable.

Je ne sais pas ce que je fais là. Je ne sais pas où je suis. Je ne sais pas qui je suis, ni pourquoi ils m’en veulent

Et il y a cette douleur constante. Je souffre depuis des heures, je n’ai même pas une demie seconde de répit.

Je n’ai jamais été dans un endroit aussi calme et silencieux. Le brouillard de la journée s’est dissipé.

Il n’y a plus personne autour de moi, je n’entends plus de railleries. Je suis également libéré de la douleur

Je ne peux toujours pas bouger cependant, mais je n’en éprouve pas le besoin. J’observe ce qui m’entoure

Je suis allongé sur une vaste étendue de sable, probablement au bord de la mer car j’entends le bruit des vagues

Il fait nuit, c’est un ciel sans nuage, des milliards d’étoiles scintillent au dessus de moi.

J’ai l’impression qu’elles sont si proches qu’il suffirait que je tende le bras pour les piéger dans ma main

Je suis debout. Je peux marcher, je ne suis plus paralysé. J’avais oublié ce que c’était d’être libre.

Alors j’avance. Sans savoir où je vais, juste pour le plaisir. Je peux utiliser mes jambes à nouveau

Mon pas s’accélère. Je marche, je marche plus vite. Je trottine, de larges foulées, je cours.

Je vais de plus en plus vite, je ne ressens pas de fatigue, je pourrais sprinter à l’infini. Je ne sens plus le sol

Je brise les lois de la gravité, la pesanteur? Connais pas. Je lève la tête vers les étoiles.

L’univers semble réagir face à mon ascension. Les étoiles se mettent à bouger, lentement elles fusionnent entre elles

C’est un message. Elles formes des lettres. Un « K »… Un « A »… je plisse les yeux, essayant de comprendre

« K.A.N.E.H.X. » KANE- HX

Mon coeur fait un bond. La pesanteur me demande jusqu’où je comptais aller comme ça. Je retombe comme une pierre

Les voix sont de retour, je me suis cru libre, cela les amuse. Je m’écrase sur la plage avec violence. La douleur fuse

j’arrive à me relever tout de même et je vois à une centaine de mètres Mary Wonder avancer vers moi.

Elle est suivie par une centaine de réplique de ma modélisation 3D. Tous sont vêtus de blouses blanches

Ils brandissent des seringues avec un liquide noir dedans. Je recule en criant, j’appelle à l’aide mais je suis seul.

Je fuis, ils courent derrière moi. « Numéro 9, Numéro 9 » scandent – t – ils à l’unisson

Je commence à fatiguer, mes poumons sont en feu. Mes poursuivants gagnent du terrain

Mes pieds heurtent quelque chose. Je tombe sur un corps humain. En me relevant, je réalise qu’il s’agit de moi

Je me retrouve à nouveau dans ma chambre, dans les laboratoires de la Kane HX

Je suis debout à côté du bureau, il y a quelqu’un sur mon lit. Il me faut un bon moment pour le reconnaître.

C’est moi, le visage marqué par la douleur. J’ai l’air inconscient, je suis dans un sale état.

Plusieurs infirmiers s’agitent autour de mon corps. Ils ont l’air de paniquer un peu

Quelqu’un se pointe avec un brancard au bout de quelques minutes. Apparemment je déménage.

« Je vous ai dit que je n’allais pas bien, vous avez fait la sourde oreille bande de cons » dis-je. Ils n’entendent pas.

« Dès que je me réveille je vous colle tous un procès, votre patron Rob Kane va rien comprendre! »

« Et puis d’abord où est-ce que vous m’emmenez? Hé, lâchez-moi! » J’essaye de les pousser, mais ma main les traverse

Ils me posent sur le brancard, je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je n’arrive pas à les retenir. Je comprends pas

Le brancard avance, mon corps quitte la chambre et tout devient noir.
                                                                            FIN

Télécharger en epub ou mobi

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *