Hollywood a dit – Dominique Sarrazin

HollywoodHollywood a dit ( Daddy, à dada ) de Dominique Sarrazin

Il s’agit d’un discours prononcé à Lille par Dominique Sarrazin ( auteur-metteur en scène ) le 17 janvier 2003 au Splendid Fives, soirée paroles et musiques nommée « Concert pour la paix ». Je l’ai relu ce matin, et j’ai ressenti le même enthousiasme qu’à la première lecture, aussi à défaut de publier une chronique de lecture, j’ai trouvé intéressant d’en partager un extrait avec vous.

Je reprends la présentation de l’éditeur Sansonnet.

« La guerre, vous croyez que c’est mort et blessures, souffrances et ruines, enfants affamés…bref, le règne de l’artillerie et de la sauvagerie ? Si vous pensez cela, vous ne savez pas ce qui compte pour les êtres surhumains qui dirigent la majeure partie de la planète. Si vous vous apitoyez sur les futures victimes, vous ne comprenez rien au destin manifeste des grandes démocraties et votre opinion ne vaut pas cher – c’est Hollywood qui vous le dit. »

Ci-dessous un extrait.

C’est ça un empire. C’est quelque chose ou quelqu’un qui décide d’être pour tout le monde le seul méridien de Greenwich et le premier chapitre de l’histoire.

L’essentiel c’est que ça marche, dit le prêcheur texan et ÇA MARCHE c’est le fondement réel de la constitution américaine, jamais écrit et toujours appliqué : Efficiency

« Dynamisme et souplesse » en bon français du Medef. Les autres comprennent pas trop bien, c’est pourquoi le Texan traite les artistes et les intellos américains de Français.

L’empire, c’est la morale particulière de l’immoralisme général, c’est le moralisme en guise de politique et l’économie en guise de morale ( il y a des écoles en France).

Quand on tient l’audimat par la morale, c’est plus de la politique, c’est le concile de Trente mixé avec « Qui veut gagner des millions ? »

L’empire c’est : vous discutez avec mes arguments mais vous ne discutez pas mes arguments.

Alors il faut d’autres mots, des mots d’auteur, du cinéma d’auteur, de la VO, de la pensée, des chiffres, ceux qui sont sous les chiffres et qui se calculent en ventres ouverts, têtes fracassées, suicides, overdoses, désespoir de cause. Il faut de l’humour, de la résistance scientifique, on est des millions à être quelques uns. On est des millions à ne pas être de la secte, à ne pas être terroristes, on est des millions à aimer l’Amérique, celle qui ne s’aime pas comme elle est, on est des millions à ne plus tolérer les zéros de la tolérance économique maximum, on veut bien marcher avec des Nike ( on n’est pas puritains nous ) mais on ne veut pas marcher comme Nike. On veut bien s’envoyer un coca avant d’aller à l’école ou après le boulot mais on ne veut pas être obligé de boire du coca our avoir le droit d’aller à l’école ou au boulot.

On est des millions-et certains millions plus que d’autres-à savoir qu’il n’y a pas de guerre hygiénique dans une porcherie. On est des millions à exiger le haut de la politique et pas les bas-fonds de l’économie. On est des millions à ne plus supporter le moralisme des punisseurs impunissables, des démocrates invérifiables et des contrôleurs incontrôlables. On est des millions à comprendre aujourd’hui que ce n’est pas la merde qui préoccupe l’empire, c’est de conserver le monopole de la pompe à merde et du nettoyage ( chanson : Pompe à merde, pompe à pétrole ; pompe à pétrole, pompe à merde ).

On est des millions à réclamer le final-cut sur nos films, nos vies, notre avenir. Nos épisodes sont à nous et l’histoire ne commence pas le 11 septembre, elle a déjà eu lieu, elle se continue, elle aura lieu. Il nous faudra encore Sophocle et Shakespeare mais plus Bush et Sharon.

Hey man ! Fais gaffe !

L’Histoire on est dedans !

Editions Sansonnet : 73 rue de Rivoli – 59800 Lille

Ce petit livret coûte 1 €, cependant j’ai l’impression qu’il est difficile à trouver.

Télécharger en epub ou mobi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *